• GRASPOP

    Vendredi, si Rammstein a réalisé le carton plein pour le véritable coup d’envoi de cette 22è édition du festival consacré aux amateurs de metal, l’affiche de vendredi proposait quelques pointures du hard-rock plus classique sur la main stage 1. Les “Godzilla” (Blue Öyster Cult), “The Boys Are Back In Town” (Black Star Riders), “We’re Not Gonna Take It” (Dee Snider) et  "The Final Countdown " (Europe) ont été repris en cœur par la foule.

    Les décibels ont également explosé sur la seconde scène extérieure avec d’autres noms incontournables : Sepultura, Metal Church ou Epica. Ce sera à Deep Purple d’assurer le spectacle cette nuit. Dimanche, Scorpions clôturera cette grande fête du heavy-metal après le show très attendu d’Evanescence. 

    Rammstein - GRASPOP 2017

    Rammstein : une secousse au pays des festivals
    © CPU - Jonas Demeulemeester

    Europe - GRASPOP 2017

    Joey Tempest (Europe) retour gagnant à Dessel
    © Phil de Fer

    Epica - GRASPOP 2017

    Simone Simons (Epica) : un ange au Graspop
    ©  Lies Borgers

    Dee Snider - GRASPOP 2017

    Dee Snider le show sans Twisted Sister
    © CPU - Jonas Demeulemeester

    Black Star Riders -GRASPOP 2017

    Black Star Riders en formation de combat
    © Phil de Fer

    Phil de Fer et Scott Gorham

    Rencontre avec une légende, Scott Gorham
    © Phil de Fer

    Metal Church - GRASPOP

    Kurdt Vanderhoof (Metal Church)
    © Phil de Fer

    Sepultura - GRASPOP 2017

    Sepultura sur la main stage 2
    © Phil de Fer

     BOC au GRASPOP 2017

    Les vétérans de Blue Öyster Cult
    © Phil de Fer


    votre commentaire
  • C’est bien connu, il n’y a pas de fumée sans feu. Les interprètes du légendaire « Smoke On The Water » ont envoyé du lourd, jeudi dernier, pour les 6 000 spectateurs du Zénith de Lille. De « Hush » à « Time For Bedlam », Deep Purple a revisité pendant deux heures de spectacle cinquante années d’une carrière coulée dans l’acier du hard-rock. « Le meilleur concert donné par le groupe ces dernières années » pour Jean-Claude, le batteur du cover band Fireball. « La setlist était parfaite, un génial mélange d’anciens et de nouveaux titres », ajoute Vincent, un autre habitué des rendez-vous live du quintet. "Enjoy the show !" nous avait glissé ce vieux briscard de Roger Glover quelques minutes avant de monter sur scène, lors d'un courte mais sympathique rencontre backstage. Et, on a effectivement pris du plaisir ce soir-là. Inoubliable !

    Ian Paice : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Roger Glover : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Ian Gillan : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Steve Morse : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Don Airey : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Phil de Fer et Deep Purple

    © Phil de Fer 2017 


    "Hush" Deep Purple, Zénith de Lille (1er juin 2017)


    1 commentaire
  • Après un set vitaminé de RavenEye, en lever de rideau, Kiss a livré un show  phénoménal hier soir dans l’Ahoy arena de Rotterdam. La légende n’a pas pris une ride (le secret du make-up !). Signalons l’émouvant hommage rendu par le  groupe US aux victimes de Manchester.

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (2)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(3)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(4)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(6)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (7)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (8)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (9)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 '12)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (13)

    © Phil de Fer 2017 


    votre commentaire
  • SNAKECHARMER : Second Skin

    SNAKECHARMER

     Second Skin

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Voilà déjà quatre printemps que les sympathiques musiciens britanniques nous ont glissé leur excellent premier album éponyme entre les pattes. Snakecharmer c’est le groupe créé par Neil Murray, bassiste des chefs-d’œuvre du serpent blanc. Dans son entourage, Laurie Wisefield qui grattait pour Wishbone Ash, Chris Ousey ex-chanteur de Heartland, le claviériste Adam Wakeman qui a bricolé avec Ozzy Osbourne et la batteur Harry James, pilier de Thunder. Enfin, le dernier arrivé, l’Irlandais Simon McBride est considéré par les spécialistes comme le fils spirituel de Gary Moore. Second Skin nous replonge dans les ‘70s et ‘80s avec un blues-rock british énergique et bourré d’âme. Un blues si profond qu’il nous fait voir la vie en rose à l’écoute des « Hell A Way To Live », « Forgive & Forget » et  « Fade Away ». Mais si la rondelle est couverte de bleu, elle n’en reste pas moins riche et variée avec de judicieuses mélodies et des influences classiques. « Are You Ready To Fly » rappelle la flamme qui animait Whitesnake autrefois ; l’envoûtant « Where Do We Go From Here » s’aventure sur le terrain de Led Zep, alors que l’on boogise façon Bad Co sur « Sounds Like A Plan », le premier fleuron de l’album. Un plaisir suranné et un choc des générations régénérant. [Ph. Saintes]


    votre commentaire
  • Steve Stevens - Live Verviers 2017

    Steve Stevens : Show devant !

    © Phil de Fer 2017 

    Très bon concert de Steve Stevens jeudi dernier au Spirit Of 66 à Verviers. Le sidecick de Billy Idol, qui a aussi composé  les BO de Top Gun, Matrix Reloaded ou Speed, et surtout écrit le solo de « Dirty Diana » de Michael Jackson, effectue actuellement une tournée des clubs en Europe. « Je n’ai rien à promouvoir. J’ai besoin de cette proximité avec les gens, c’est la meilleure façon de vivre ma musique avec les personnes qui l’apprécientCe que j’entends aujourd’hui à la radio n’est pas cool ! » Steve est accompagné Steve est accompagné de Franky Perez (Apocalyptica) aux chants et claviers, Ben Woods à la guitare flamenco,  Uriah Duffy (Whitesnake) à la basse et Michael Bennett (Slash, Richie Kotzen, Stevie Wonder, Bruno Mars) à la batterie. « Cette tournée  avec un groupe que j’ai monté pour l’occasion, m’offre la possibilité de partager toute la musique que j’ai pu jouer au cours de mes 35 années de carrière (« Dirty Diana », « Eyes Without A Face », « Atomic Playboys », « Rebel Yell », …). Et il y en a pour tout le monde. Je n’ai d’ailleurs jamais cherché à être catalogué dans un style particulier. Je joue du flamenco ou du heavy metal avec la même passion. »

    Steve Stevens - Live Verviers 2017 (2)

    Un solo dans l'ambiance tamisée du Spirit of 66

    © Phil de Fer 2017 

    Gus G, le soliste  d’Ozzy Osbourne et de Firewind a chauffé » la salle avec un set acoustique de 45 minutes avant de rejoindre Steve Stevens sur scène pour un rappel explosif (« Voodoo Child » et « Whole Lotta Love »). « Ce jeune guitariste, c’est l’avenir du rock », a déclaré l’aîné à propos du prodige grec. Bref, une soirée de gratteux de bouts d’ficelles comme on les aime !

    Gus G - Live verviers 2017

    Gus G en formule acoustique inédite

    © Phil de Fer 2017 

    Gus G - Live verviers 2017 (2)

    Guitar Heroes

    © Phil de Fer 2017 


     


    votre commentaire
  • DEEP PURPLE
    Vers l'infini et au-delà... 

     Le 20e album studio, InFinite, qui sort le 7 avril sur le label earMusic, va propulser Deep Purple vers de nouveaux sommets. Le groupe défie une nouvelle fois le temps qui passe, en proposant un disque qui séduira trois générations, ce qui est peu banal. Vous comprendrez alors que le jour où l’on a mythique batteur de cette formation à l'autre bout du téléphone, l’on puisse trouver le temps bien court. [Entretien avec Ian Paice (batterie) par Philippe Saintes – photos : Jim Rakete]

    Deep Purple  - Infinite promo

    Avant d’aborder le nouvel album, on se souvient Ian que tu as été victime d’un mini AVC, en juin dernier. Peux-tu nous donner des nouvelles de ta santé ? 

    Effectivement, j’ai été hospitalisé après avoir constaté un engourdissement et une gêne au côté droit avant un show en Suède. C’est le premier concert de Deep Purple annulé par ma faute depuis 1968, ah, ah ! J’ai été très chanceux de ne pas avoir gardé de séquelles sérieuses. Je considère cela comme un avertissement divin. Mon sang étant trop épais et j’ai dû avaler quatre tablettes de comprimés par jour pour le faire fluidifier et baisser la tension. Le médecin, m’a également imposé une période de revalidation de 6 mois mais aujourd’hui, je suis bon pour le service, crois-moi  !

    C’est une bonne nouvelle. Tu as aujourd’hui 68 ans et Roger Glover s’apprête à fêter son 71è anniversaire. Est-ce le succès de No What ?! qui a poussé le groupe à retourner en studio ou simplement l’enthousiasme de jouer ensemble ?

    Now What ?!  a dépassé toutes nos estimations ! Le succès commercial est évidemment une excellente chose mais c’est avant tout la volonté de poursuivre une collaboration fructueuse avec Bob (Ezrin) qui est à l’origine  de ce nouvel album. C’est le « boost » dont nous avions besoin. Il n’est jamais satisfait, va droit au but et ne nous laisse jamais déconner. Avec lui, vous avez toutes les chances d’arriver au meilleur résultat possible. Si on écoute nos deux derniers albums, on s’aperçoit qu’il y a une caractéristique, un lien de famille. A la fin de la production, Bob a déclaré « jamais deux sans trois, les gars ». C’est révélateur de l’excellente atmosphère qui a régné dans le studio. On est déjà impatient de retravailler avec lui.

    Vous avez effectivement opté pour le même studio (le Tracking Room à Nashville) et le même producteur. Pourtant InFinite n’est pas un copié-collé de Now What ?! Quelle est la principale différence selon toi, entre les deux albums ?

    Quand nous entamons un nouveau projet, notre but est de créer quelque chose de différent. Les évènements qui se déroulent dans le monde, ont toujours façonné notre façon de composer. Un album est un marqueur temporel qui illustre l’évolution musicale du groupe mais aussi nos influences à chaque période…Depuis l’enregistrement de Now What ?!, la planète a connu plusieurs tragédies. Les idées  proposées pendant la période d’écriture ont été influencées par ces évènements récents. Il y a évidemment eu les attentats terroristes qui ont touché Paris et Bruxelles. La  colère et la peur se reflètent dans le disque car nous avons été profondément bouleversés par ces attaques. Le climat était différent au moment d’enregistrer No What ?!, il y a cinq ans déjà...

    Est-ce que ce fut un enregistrement rapide comme le précédent ?

    Le processus est identique. Deep Purple est un cercle. Nous enregistrons toujours ensemble en studio. On a mis en boîte les bases instrumentales de Now What ?! en une dizaine de jours, et celle de inFinite en sept jours. Ensuite, mes partenaires ont rajouté les overdubs, les solos et d’autres trucs. Si vous enregistrez très vite, généralement le résultat est fort bon. Vous capturez en effet les 2, 3 premières prises de chaque chanson quand elles sont encore nouvelles, fraîches et existantes pour les musiciens. Lorsque vous arrivez à 15 ou 20 prises différentes,  vous ne créez plus mais vous recréez plutôt ce que vous aviez imaginé au départ, et l’instant magique disparaît. C’est horrible ! Si le résultat n’est pas parfait, grâce aux techniques modernes, vous pouvez toujours éliminer les petites imperfections. Le but était vraiment de garder intact le côté direct.  

    DEEP PURPLE :Infinite promo2

    Il y a des spéculations à propos du titre InFinite. Vous réalisez que certaines personnes sont inquiètes et pensent que c’est vraiment votre dernier disque ? Cette rumeur est d’ailleurs renforcée par le nom de la tournée, The Long Last Goodbye.

    C’est effectivement un titre ambigu et à la fois très intéressant. Le logo de Deep Purple sur la pochette est relié au symbole représentant l’infini. Il y a une réelle connexion entre l’image et le titre. La musique une fois enregistrée est immortelle, elle est infinie, ce qui n’est malheureusement pas le cas des musiciens (rires).  Il faut être honnête, nous sommes plus proche de la fin que du début mais aucune décision n’a été prise concernant l’avenir de Deep Purple. Ce titre peut être source de significations sans comporter pour autant un message caché. Pour être honnête, l’idée vient en fait de notre maison de disques. Chacun peut laisser libre cours à son imagination. Regarde le bateau sur cette même pochette, est-ce qu’il avance ou au contraire recule-t-il ? Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens ? On peut imaginer plein de choses, il n’y a rien de figé. On a là une pochette très esthétique  et c’est ce qui est le plus important. Si elle éveille l’esprit ou provoque une réaction auprès des personnes qui achètent le disque, tant mieux.

    Le premier single « Time For Bedlam » a déjà séduit les inconditionnels de Deep Purple…

    C’est une chanson très forte. Bedlam était un ancien hôpital où l’on traitait les personnes atteintes de folie, il y a deux siècles en Angleterre. Des dissidents politiques ou religieux étaient également envoyés dans cet asile. Le gouvernement employait cette méthode très simple finalement pour se débarrasser de « ses gêneurs ». De nombreux individus sains d’esprit ont été internés jusqu’à la fin de leur vie. Time For Bedlam raconte la vie d’une personne innocente qui, pour diverses raisons, a provoqué la colère des autorités de l’époque et a été injustement internée. Elle a vécu jusqu’à son dernier souffle dans cet enfer. Ce n’est pas une critique envers un mode de pensée ou une personne en particulier, c’est une fiction inspirée de faits qui se sont produits il y a 200 ans. Le solo de claviers au milieu du titre est aussi une description symbolique de la folie humaine.  Plusieurs idées ont été proposées  pour l’intro, mais nous avons opté pour un texte narratif proche du chant grégorien. 

    Il y a aussi des morceaux entraînants sur ce disque, je pense  notamment à  « One Night In Vegas ».

    « One Night in Vegas » est une histoire vraie. C’est arrivé à Don Airey (claviers) il y a plusieurs années alors qu’il jouait à Vegas. Ce fut une nuit bien arrosée et il ne tenait plus debout. Le lendemain matin, il s’est réveillé avec une fille dans son lit. Stupéfait, il lui a demandé : ‘Mais qui es-tu et qu’est-ce que tu fais là ?’. Elle lui a répondu : ‘mais je suis ta femme’ (rires). Don l’avait épousé lors de cette virée, alors qu’il ne tenait pratiquement plus debout. C’est une anecdote cocasse, mais la fin est encore plus drôle, puisqu’ils sont toujours ensemble aujourd’hui, trente ans plus tard !  

    On trouve aussi un véritable chef d’œuvre sur l’album, « The Surprising », un titre long de six minutes. Il y a une incroyable interaction entre tous les instruments …

    Nous étions dans le local de répétition, essayant de créer quelque chose de neuf, lorsque Steve a improvisé un riff de guitare qui m’a fait penser à un rythme de Ray Charles et j’ai aussitôt produit le break de cymbale qui résonne sur l’intro de Steve. Les autres se sont ensuite joints à nous. Chacun était dans une forme optimum et nous avons été littéralement portés par la musique. C’est vraiment une création collective. Quand j’ai quitté le studio avant les arrangements, il n’y avait pas ces longues notes de guitare et ce break de clavier au milieu de la chanson. La direction du morceau avait complètement changé. Le tempo augmente de façon vivace sur le dernier couplet, ce qui  dramatise le final. Même remarque pour « Get Me Outta Of Here » , les arrangements rendent le titre sensiblement plus massif et compact. En fait, ce disque est autant une découverte pour toi, qu’il ne l’est pour moi (rires).

     

    La musique de « Birds Of Prey » est également très complexe. Cela démontre qu’après toutes ces années, le groupe continue d’explorer.

    « Birds Of Prey » est ma chanson préférée. Il est très facile de répéter ce que vous avez imaginé antérieurement en changeant quelques éléments. Toutefois il est bien plus amusant pour un musicien d’essayer de trouver de nouvelles motivations. Certes, en musique tout a été dit et inventé mais cela n’empêche pas l’inspiration. Il ne faut pas avoir peur de revisiter un riff ou un accord mais en changeant habilement la perception pour que cela ne devienne pas  caricatural. Notre but sur ce disque a été de préserver notre patrimoine en ajoutant quelques subtilités.

    « On Top Of The World » se clôture avec un étonnant oratoire de Ian Gillan.

    Là encore, le texte fait référence à un fait réel. Une aventure rocambolesque qui est arrivée à Ian quand il était jeune. Les textes sont très vicieux. Avec tous les couplets, la chanson aurait duré au moins 15 minutes. Roger a alors imaginé de la synthétiser en proposant à Ian de lire le texte comme un poète, à la fin du morceau. La musique s’accorde parfaitement à la voix tout en saisissant bien le vrai caractère des paroles. Ian et Roger ont un talent fou pour superposer des idées !

    Enfin, l’album se clôture avec une reprise du « Roadhouse Blues » des Doors qui est jouée avec une aisance déconcertante.

    Nous avions déjà inclus une reprise de Jerry Lee Lewis « It’ll Be Me » sur Now What ?! On a grandi avec ces vieilles chansons qui sont, au fil des années, devenues une partie de nous-mêmes tellement nous y sommes attachés. Lorsque nous nous sommes posés la question de savoir quelle cover enregistrer sur InFinite,  j’ai suggéré « Roadhouse Blues », titre que j’avais joué en concert l’an dernier avec le cover-band Purpendicular. Un soir, nous avons mélangé cette reprise avec « Black Night » car elles ont des fondations communes au niveau du tempo et du groove. « Roadhouse Blues » sidère par son évidence et son pouvoir attractif. On l’adore ! Dans le studio tout le monde avait la banane, les musiciens, le producteur, l’ingé son,…. Cela nous a pris une demi-heure pour boucler le morceau. Les Doors ont marqué une époque avec des disques fabuleux.  

    DEEP PURPLE : Infinite promo3

    Quels sont les titres de InFinite qui ont le potentiel pour se retrouver sur la set-list ?

    Ça c’est la question à 63.000 dollars (rires). Lors d’un concert de 2 heures, ce qui est un timing raisonnable, nous allons essayer de contenter tout le monde en jouant des classiques et des morceaux du dernier album mais pour le moment nous ne sommes pas encore mis d’accord sur le choix des titres. On sera très sélectif car certaines chansons ne sont pas faites pour être vécues en live. Je pense que des titres up et mid-tempo comme « Time For Bedlam », « One Night In Vegas » ou peut-être « Birds Of Prey » peuvent fonctionner en concert. 

    Ian, en dehors de la musique, quelles sont tes passions ?

    J’adore cuisiner dans un cadre relaxant. J’aime savourer ce que j’ai préparé mais aussi découvrir de nouvelles saveurs. J’aime aussi pêcher en eau profonde mais pas pour l’aspect sportif comme Ian Gillan qui lui est plutôt  un ‘chasseur de poissons’ (il rit). J’apprécie surtout les petites choses simples qui peuvent me relaxer. C’est important car la vie en tournée est plutôt intensive  et il est dés lors essentiel d’être à 100% mentalement et physiquement. En dehors de la scène, je suis plutôt quelqu’un de passif. Sinon, comme tout britannique qui se respecte, j’aime un club de football, Nottingham Forest, qui évolue en division 2 anglaise. Ce n’est pas une grande équipe mais quand vous êtes supporter c’est pour la vie !

    J’ai lu que vous aviez vos petites habitudes. En Belgique, vous descendez presque systématiquement dans le même hôtel à Bruxelles et il n’est pas rare de vous voir dans un bar cubain de cette même ville, où des quidams peuvent vous aborder…

    C’est vrai, c’est devenu une tradition de fréquenter l’établissement qui se trouve juste sur la Grand Place et ce club appelé « Havana » où d’excellents artistes jouent la nuit de la musique populaire cubaine, à deux minutes à pied de notre hôtel. Après un concert, je m’y arrête généralement avec Roger et Don pour profiter d’un instant musical, me relaxer et savourer quelques bières pendant une heure/une heure et demie. C’est le  genre d’endroit tranquille où l’on peut bavarder normalement. Ces moments-là vous permettent de décompresser après une journée intensive. Se produire sur scène devant des milliers de personnes est un plaisir mais le reste du temps vous devez voyager, répondre aux interviews et diverses sollicitations, respecter des timings serrés.

    Jean-Claude, le batteur du tribute band belge Fireball m’a confié qu’il était devenu batteur après avoir entendu ton groove sur In Rock et Machine Head. Lars Ulrich de Metallica a déclaré la même chose. Tu as probablement influencé plus de batteurs que n’importe qui d’autres mais tu restes très humble sur le sujet. 

    La musique est une passion pas une obsession. Je connais des batteurs qui sont obnubilés par la technique. Moi, je joue avant tout parce que cela me donne un plaisir énorme, et si en plus ma musique suscite de l’admiration chez les jeunes et les pousse à se perfectionner toujours davantage, c’est fantastique. 99% des individus ne parviennent à trouver le don qui est enfoui en eux. Si fortuitement, nous arrivons à provoquer une réaction, à éveiller leur imagination, c’est fabuleux Je n’ai pas commencé la batterie en me disant que j’allais devenir une rock star et entrer dans l’histoire. Tout le monde peut atteindre ces buts à condition de faire ressortir ce talent caché et d’accepter les moments de découragement. Pour en revenir à ta remarque, je suis évidemment très honoré d’avoir pu allumer la flamme de plusieurs batteurs connus ou moins connus. J’ai moi-même beaucoup écouté et copié Gene Krupa qui apparaît dans de nombreux films en noir et blanc hollywoodiens (Note : « Certains l’aiment chaud » de Billy Wilder, « Romance inachevée », « The Gene Krupa story »,…). En fait, je n’avais aucune envie de devenir batteur, je voulais juste être Krupa à l’âge de 12 ans. Le mouvement de ses bras m’impressionnait et captait toute mon attention. C’est son improvisation qui m'intéressait. J’ai commencé ma démarche artistique en analysant son style et sa technique, devant la télé assis dans le sofa de la maison. A 15 ans mon père m’a acheté mon premier kit de batterie et l’histoire a continué.

    En tant que citoyen anglais, que penses-tu du Brexit ?

    J’ai voté pour le maintien dans l’Union européenne. Ce qui est normal pour un musicien qui a l’habitude de voyager. Mais pour la majorité des britanniques, c’est différent. L’Angleterre n’est pas dans l’espace Schengen, nous devons donc toujours présenter notre passeport et l'euro n'est pas la devise adoptée par le Royaume-Uni. Mon sentiment personnel est que l’union économique et monétaire européenne est une idée fantastique malheureusement l’institution évolue vers le fédéralisme ce qui est une erreur. Il y a trop de cultures différentes en europe. Les politiciens de Bruxelles voient cela différemment, pour eux il faut d’abord être européen. Chaque pays doit régir ses propres lois, ses propres tribunaux et parfois même sa propre unité monétaire au regard des difficultés qui affectent la zone euro. Une partie importante des lois nationales résultent de décisions prises par un organe non élu, non représentatif du peuple. C’est ce qui a entraîné la victoire du camp du Brexit. La souveraineté de la représentation nationale britannique est sacrée dans l'esprit des Anglais. On n’a pas voulu quitter l’Europe, mais simplement reprendre le contrôle. Je crois en une Europe intègre mais pas en un état fédéral.  Nous ne sommes pas les Etats-Unis. Le citoyen américain se sent totalement américain, tandis que l’Européen se réclamera d’abord  de son État d’origine. 

     

    DEEP PURPLE : Infinite cover

    DEEP PURPLE

    InFinite

    EarMusic -Verycords

    Si vous avez craqué sur Now What ?!, il y a cinq ans, il en ira de même pour ce 20è album. Les vétérans britanniques montrent qu’ils en ont encore sous la pédale. On a droit tantôt à des choses surprenantes (« Johnny’s Band » dont le break est librement inspiré du célèbre « Louie Louie » des Kingsmen), tantôt à du Purple tout ce qu’il y a de plus classique (« Time For Bedlam ») ainsi qu’à des chansons matinées d’une influence jazz (« The Suprising »). Sans surprise, le travail des musiciens est mis en valeur par la production du sorcier Bob Ezrin. Lorsque Ian Gillan ouvre la bouche, les oreilles vibrent tandis que les claviers et guitares s’en donnent à cœur joie (« All I Got Is You », « Get Me Outta Of Here »). Enfin, le riff de « Birds Of Prey » est asséné avec une force phénoménale par le groupe soudé comme un seul homme. Un chef-d’œuvre ? N’anticipons pas, seul l’avenir confirmera si InFinite  est digne ou non des In Rock, Fireball ou Machine Head. Agrémentée d’un documentaire (From Here To inFinite), la version Deluxe témoigne de la période d’écriture de l’album et des sessions d’enregistrement. L’histoire de cet album a été habilement capturée dans le studio par les caméras de Craig Hooper (réalisateur). C’est touchant, amusant et grisant. Un constat s’impose, nos sexagénaires savent encore s’amuser. Demande-t-on autre chose à Deep Purple qui n’a plus rien à prouver ? [Ph. Saintes] 

     www.deeppurple.com/

     


    votre commentaire
  • NIGHT RANGER : Don’t Let Up

    NIGHT RANGER

    Don’t Let Up 

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Sur cette 12è livraison, qui fait suite à l’excellent concert-anniversaire (35 years And A Night In Chicago), l’inspiration des Californiens ne s’est pas fait la malle. Que les fans de la première heure se rassurent, le diagnostique est très bon. Seconde bonne nouvelle, le groupe a pris le parti de revenir aux sources. Ainsi, « Comfort Me » et « Jamie » semblent tout droit sorti de Midnight Madness (1983). « Day and Night » et « (Won’t Be Your) Fool Again » renouent avec les solos endiablés et débordements héroïques. Keri Kelli (Alice Cooper, Slash) qui a été choisi pour assurer la redoutable succession de Joel Hoekstra (« transféré » chez Whitesnake), est le complément idéal du jeu redoutablement précis de Brad Gillis. Sur le plan musical, il est question de rock’n’roll avec des passages mélodiques produisant une électricité statique à faire dresser les poils. On ne trouve pourtant qu’une seule ballade sur Don’t Let Up, l’acoustique « We Can Work It Out ». La diversité des morceaux ne bafoue pas l’identité sonique de la bande à Jack Blades. Le tour de force n’était pas facile à réaliser mais le pari est réussi haut la main.  Davantage encore que la longévité des Night Ranger, c’est cette foi intacte dans le pouvoir de leurs compos éthérées qui ne marque pas d’étonner. [Ph. Saintes]

     


    votre commentaire
  • DEF LEPPARD : And There will Be A Next Time – Live From Detroit

    DEF LEPPARD

     And There will Be A Next Time – Live From Detroit

    Eagle Rock Entertainment / Universal Music France 

    À l’exception des îles Britanniques, le Def a rayé le reste de l’Europe de son planning lors de la tournée 2015-2016. Une stratégie délibérée des gars de Sheffield ? « Le territoire américain étant vaste, c’est logique que nous y passions plus de temps qu’en Europe » avait déclaré Joe Elliot à Metal Obs’ en octobre 2015. Il est vrai que le groupe croule sous les invitations et le public nord-américain continue à remplir les salles ou amphithéâtres de plein air comme à Detroit, la ville du rock, où ce live a été enregistré l’été dernier.  Au menu : quatre-vingt-dix minutes de bonnes chansons magistralement interprétées. La réalisation met chaque musicien parfaitement en valeur et les animations vidéos illustrent judicieusement les morceaux comme l’explosion en mille morceaux de la couverture du dernier opus. Le spectacle fait partie de l’ADN de Def Leppard qui interprète ici trois nouveaux titres : le hit « Let’s Go », le mid-tempo « Dangerous » et le groovy « Man Enough ». Mais le show s’emballe lorsque le groupe exécute ses classiques (« Armageddon It », « Hysteria », « Let’s Get Rocked », « Pour Some Sugar On Me ») ou l’instrumental « Switch  625 » avant de quitter une première fois les planches pour revenir en rappel jouer « Rock Of Ages » puis « Photograph ». Le temps ne semble pas avoir de prise sur Joe Elliott et ses potes. « And There will be a next time »…en France de préférence !  [Ph. Saintes] 


    votre commentaire
  •    Stephen Pearcy - Smash

    STEPHEN PEARCY

    SMASH 

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Alors que le géant américain Ratt s’apprête à effectuer un come-back en 2017, son chanteur Stephen Pearcy sort un 4è album solo à la fois rétro et moderne, nostalgique et innovant. Les fans de la première heure peuvent se rassurer, Pearcy est en grande forme et, surtout, il n’a rien perdu de ce timbre de voix rauque qui a fait le succès de Ratt durant la période faste des ‘80s (15 millions de disques vendus, svp !). Smash accumule les petits détails harmoniques (« Jamie », « Want Too Much ») et de légers accès de folie (« I Know I’m Crazy », « Dead Roses »). Ledit opus nous dispense aussi d’excellentes mélodies et des riffs incisifs. Le résultat est juste épatant. 13 titres à découvrir avec une préférence personnelle pour le single « I Can’t Take It », «  Shut Down Baby » un morceau au tempo zeppelinien enregistré avec Chris Hager (Rough Cutt), le psychédélique « Summers End » qui clôture le disque ou «  Lollipop » et « What Do Ya Think » sur lesquels planent des effluves de Guns’n Roses et Aerosmith. Stephen Pearcy,  bien secondé par le guitariste suédois Erik Ferentinos, a mis en boîte un album radical pour les lendemains de réveillons. [Ph. Saintes]

     


    votre commentaire
  • FRONTIERS MUSIC
    20 ans déjà !

    20 ans déjà que le label italien Frontiers nous distille ses pépites ; il était temps de célébrer l’évènement avec l’un des papas de l’entreprise… [Entretien avec Mario De Riso par Philippe Saintes ; traduit de l’anglais par Philippe Jawor]

    Frontiers logo

    Qu’est-ce qui vous a motivé à entré dans le music business, à l’origine ?
    Ce n’était pas vraiment une décision consciente. Après avoir obtenu mon diplôme de Droit, j’ai commencé à écrire dans un magazine qui s’appelait Metal Shock, le plus populaire d’Italie en ce qui concerne le Heavy Metal. Pour faire bref, c’est à peu près à la même période que Serafino lance Frontiers, à Naples. Le truc marrant, c’est qu’on vivait dans la même ville, mais qu’on ne se connaissait pas. Quand on a fini par se rencontrer, le courant est très vite passé : non seulement on aimait les mêmes artistes, mais en plus on s’entendait vraiment bien. 

    Serafino n’avait, comme moi, aucune expérience de ce business. C’était, comme moi, un fan de music frustré parce qu’il ne pouvait pas acheter la musique qu’il aimait. Dans les années 1990, le climat n’était pas propice au Rock mélodique… il fallait se lancer. 

    Quand est-ce que démarre officiellement l’aventure de Frontiers Records, dans ce cas ? Quel est le premier artiste que vous signez ?
    Frontiers voit le jour en 1996, quand Serafino décide, après une nuit blanche, de lancer une entreprise qui distribuerait des labels Rock qui ne trouvent pas de partenaire en Italie. Ça a commencé avec un petit label suédois, Westcoast Records, puis il y a eu MTM Music, Escape Music et Now & Then Records, qui était le principal partenaire quand Serafino a décidé de se lancer dans la création d’un label à part entière. On avait un deal avec eux : tous leurs artistes sortaient leur disque en Europe via Frontiers. À l’époque, c’était un bon deal, parce que ça nous permettait d’avoir un catalogue assez conséquent. Cependant, le premier groupe à signer sur Frontiers a été Drive, She Said, même si la première sortie était un album live de TEN, Never Say Goodbye. 

     Drive She Said

     Drive, She Said : le premier

    C’est quoi, ta journée-type ? Écouter de la musique de 8h30 à 19h30 non-stop ?
    Pas vraiment ! Je me lève à 7h30, j’emmène mon gamin à l’école, et j’arrive au bureau vers 10h. C’est un bon horaire : ça nous permet de discuter avec les labels japonais qui finissent leur journée de travail, et le soir, on travaille jusqu’à 19h00, ce qui nous permet de discuter avec Los Angeles. Je n’écoute pas BEAUCOUP de musique en dehors de ce que je suis obligé d’écouter (un artiste que l’on décide de signer, ou une sortie à venir, par exemple). En fait, j’écoute plus de la musique pour enfants à la maison – mon fils n’aime pas trop ce que j’essaie de lui mettre dans les oreilles ! (rires)

    Honnêtement, je DEVRAIS écouter plus de musique, ne serait-ce que pour me tenir au courant des tendances du marché, mais ça reste surtout un vœu pieu… 

    Quels sont les éléments qui vont te convaincre de signer un artiste ?
    Les chansons, l’attitude, l’envie de réussir, la personnalité, et le désir de travailler dans un environnement positif et énergique. 

    En moyenne, combien d’artistes signez-vous par an ?
    Pas mal. Comme on sort trois, quatre albums par mois, on peut aisément dire un chiffre compris entre 40 et 50 

    Vous acceptez les candidatures spontanées ?
    Bien sûr. Plusieurs groupes que nous avons signés ont commencé à nous envoyer un disque, qu’on a écouté et que nous avons accepté de sortir. 

    Quand vous signez un groupe, vous impliquez-vous souvent dans le choix d’un producteur, ou vous préférez un groupe qui va avoir un nom en tête, que vous allez essayer de contacter ensuite ?
    Ça dépend de plusieurs facteurs (parmi lesquels le temps que l’on a à notre disposition, notre confiance en les capacités de tel ou tel producteur…) et tout peut arriver. Il n’y a pas de recette standard, pour l’enregistrement d’un disque. 

    Le fait que des groupes comme Whitesnake, Yes, Journey, Chicago, Def Leppard, Uriah Heep, Heart ou Toto soient chez Frontiers vous a offert une reconnaissance mondiale ; c’est une satisfaction personnelle ?
    Évidemment. Mais désormais, le palier à franchir est d’être aussi reconnu pour les nouveaux groupes que nous lançons. 

    Frontiers a aussi « réhabilité » de nombreux groupes qui ont connu le succès dans les 70’s et les 80’s. Certains ont même fait un come-back fantastique (Asia, Stryper, Mr. Big, Winger,… ) parce que vous avez cru en eux…
    On avait cette idée dès le départ. Pour Winger, ça nous a pris beaucoup de temps, mais nous sommes heureux que Kip ait décidé de réunir le groupe, surtout qu’ils ont sorti de bons titres après cette reformation. 

    Winger

    Winger : come-back réussit

    Quels ont été les cinq plus gros succès du label ? Qui aimeriez-vous signer désormais ?
    Les plus gros succès sont probablement les albums de Toto, Whitesnake, Journey (surtout Revelation), le Viva Hysteria de Def Leppard… plus l’album de la reformation d’Asia, et l’album de Boston, probablement au même niveau. Le Long Wave de Jeff Lynne a également eu beaucoup de succès. Qui nous voulons signer ? Les prochains AC/DC, Led Zeppelin, Journey, Whitesnake et Iron Maiden !  

    Le retour du vinyle offre une seconde vie aux disquaires ; penses-tu que le CD a un futur ?
    Bien sûr. Le format physique ne mourra jamais. Ça deviendra peut-être un produit de niche, vendu aux concerts ou en ligne, mais je ne pense pas qu’il disparaîtra. Les vinyles sont très chers à fabriquer ; c’est un business difficile. 

    Aujourd’hui, les radios et les télés ne diffusent plus que de la musique commerciale ; votre travail avec eux doit être plus difficile…
    Il y a d’autres moyens de promouvoir la musique. Internet a ouvert pas mal de portes, on essaie d’exploiter ces possibilités du mieux qu’on peut. 

    Tu as récemment appelé au boycott de certains sites après qu’un album ait leaké avant sa sortie ; penses-tu qu’il faut des mesures pour bloquer ce genre de sites ?
    C’est compliqué. Pour être honnête, je pense – et je vais le dire comme je le pense – que les fournisseurs d’accès ont vendu de la bande passante et de la vitesse de connexion sur notre dos. En d’autres termes, ce n’était pas dans leur intérêt de freiner le piratage, puisque chaque gamin des années 2000 a tanné ses parents pour avoir une connexion à la maison et télécharger gratuitement des films et de la musique.

    Le Stream n’est probablement pas la meilleure solution au problème, mais c’en est une. Pour l’instant, les gens estiment que c’est trop cher. Ça va prendre un peu de temps. Au début, ils ne comprenaient pas pourquoi payer pour des chaînes de télé en plus, mais ils s’y sont fait ; un jour ou l’autre ils comprendront le potentiel d’Apple Music, Spotify ou Deezer. 

    Ce que je trouve très gênant, c’est qu’en 2016, tous les labels sortent trois ou quatre singles (souvent avec des clips, qui coûtent de l’argent) avant la sortie de l’album. Même s’il est possible d’écouter l’album gratuitement à sa sortie, il y a quand même des gens qui ressentent le besoin de VOLER de la musique avant sa sortie ! Pourquoi ? Pour faire plaisir aux fans ? Non ! Ils vendent de la pub sur leur site, et se font de l’argent sur le dos des labels, des artistes, et de tous ceux qui essaient de maintenir ce business en vie. Il faudrait que les gens ouvrent les yeux et tournent le dos à ce genre de « services ». Pour moi, c’est totalement injustifiable quand on peut écouter quelque chose gratuitement et légalement avec les plate-formes de streaming. 

    Frontiers a désormais son propre festival, en Italie. Existe-t-il une possibilité  de le voir s’exporter ailleurs ? 

    On en parle beaucoup. Exporter ce concept est quelque chose que nous avons en tête, mais pouvoir le faire est une toute autre histoire. On a besoin de partenaires fiables, et l’aspect financier est à ne pas négliger non plus : jusqu’à maintenant, ces événements ne génèrent pas de bénéfices. C’est difficile : avec tous les festivals qu’il y a, les fans sont toujours plus exigeants. Par contre, on pourrait réfléchir à l’idée de plusieurs artistes Frontiers qui tourneraient ensemble ; ça, c’est quelque chose qu’on essaie de mettre en place. 

    Qu’est-ce qu’il vous reste à accomplir ? 

    Coller un sourire à chaque fan de rock pour chaque centime que l’on dépense sur une sortie Frontiers !

    Toto

    Toto : la plus grosse vente


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires