• Alice Cooper Brielpoort de Deinze,

    Le Coop’ a 69 ans. Les générations, les modes, les styles sont passés mais pas sa musique. Le spectacle commence à 21h00 avec « Brutal Planet ». Les éclairages s’animent et suivent le chanteur dans ses moindres déplacements. Le Alice Cooper band qui semble tout droit sorti du film New York 1997, enchaîne les morceaux d’anthologie dans un décorum « gorisé » :  « No More Mr. Nice Guy », « Under My Wheels », « Billion Dollar Babies », « Poison »... L’ambiance est d’enfer.

     Alice Cooper Brielpoort de Deinze (2)

    Alice Cooper sort alors de scène et laisse ses petits camarades effectuer leurs solos respectifs (avec 3 gratteux dans la bande tout de même). Au menu : riffs coupe-gorges et tambours décapants. Dégustez, c’est Alice qui régale ! Impressionnant de cohésion, les musicos n’arrêtent pas de courir dans tous les sens. La palme du meilleur second rôle revient à la très présente Nita Strauss, la fille de manche…. La foule écoute ensuite religieusement la ballade « Only Woman Bleed « jouée sur une guitare double manche par Ryan Roxie avant de lever le poing sur le vindicatif « Paranoiac Personality», dernier hit en date. 

    Alice Cooper Brielpoort de Deinze(3)

    Alice Cooper Brielpoort de Deinze (4)

    Au cours de la dernière partie du concert, Alice affronte un Frankenstein géant, des infirmières diaboliques interprétées par ses propres filles avant d’être électrocuté sur scène puis décapité dans un barda scénique rythmé par les incontournable « Ballad Of Dwight Frye », « I Love The Dead » et « I’m Eighteen ». La foule retient son souffle mais pas de panique, le chanteur est immortel.  Ce n’est pas un concert mais un spectacle. Faut pas confondre ! Au bout d’une heure trente de grand frisson, la star entame une dernière chanson en béton, le sacro-saint « School’s Out » couplé avec « Another Brick In The Wall », le tube légendaire de Pink Floyd. Le morceau est évidemment survolé d’un envoi de big ballons. Le mot de la fin est lancé : joyeux Noël !  Et déjà toutes les lumières se rallument à l’intérieur d’un Brielpoort hanté par le passage d’un spectre toujours bien vivant !

     Alice Cooper Brielpoort de Deinze (9)

    Alice Cooper Brielpoort de Deinze (7)

    Alice Cooper Brielpoort de Deinze (8)

    Photos et texte © Phil de Fer 2017


    votre commentaire
  • La Machine du Moulin Rouge, autrefois « La Locomotive », illustre salle parisienne, était bien remplie pour célébrer le retour de Mr. Big, après trois ans d’absence. C’est une "dream team"  affamée qui a déboulé sur scène. Si Eric Martin, Billy Sheehan, Paul Gilbert et Matt Starr ont été à la hauteur de leur réputation, le batteur Pat Torpey, diminué par la maladie de Parkinson, a joué des percus durant une bonne partie du concert et pris place derrière les fûts sur la ballade « Just Take My Heart ». Quelle joie de le retrouver hilare sur la scène. Mr. Big a présenté un show de grande qualité, à la fois délirant et très professionnel.  Le public ravi n’a pas manqué de saluer l’anniversaire de Mister Gilbert qui nous a ensorcelés avec ses guitares magiques pendant près de deux heures. Avant cela, les revenants américain de Faster Pussycat et les flamboyants irlandais de The Answer, ont laissé parler pendant 45 minutes chacun, la puissance brute de leur hard rock authentique et sans compromis. All Killer - no filler!

    FASTER PUSSYCAT - Paris 2017

    FASTER PUSSYCAT - Paris 2017 (2)

     FASTER PUSSYCAT - Paris 2017 (3)

    THE ANSWER - Paris 2017

    THE ANSWER - Paris 2017 (2)

    THE ANSWER - Paris 2017 (3)

    Paul Gilbert - Paris 2017

    Mr. Gig - Paris 2017

    Billy Sheehan et P. Gilbert - Paris 2017

    Pat Torpey - Paris 2017

    Eric Martin - Paris 2017

    Mr. Big set list - Paris 2017


    votre commentaire
  • Peu de monde pour cette douzième édition du festival Metal/Hard Rock mélodique dédiée cette année au hard suédois. A peine une cinquantaine de spectateurs ! Un coup dur pour l’'ASBL Rock Aid, qui reverse une partie de ses bénéfices à des œuvres sociales. On tirera un grand coup de chapeau aux groupes qui ont tout de même assuré le show au centre culturel d’Eupen, samedi dernier. Une ambiance baba-cool régna pendant la durée des festivités (et même au-delà). L’affiche (Overdrive et 220 Volt se produisaient pour la première fois de leur carrière en Belgique) valait le déplacement et une fois de plus, les absents ont eu tort….

    Overdrive - The Loaf Festival 2017

    Overdrive en formation de combat !

    220 volt - The Loaf Festival 2017

    220 volt : ça sent bon les 80s !

    Kee Marcello band - The Loaf Festival 2017

    Kee Marcello Band : la pêche sans artifices !

    Kee Marcello - The Loaf Festival 2017

    Kee Marcello (ex-Europe) : "I'm Not Superstitious"

    Kee Marcello Band - "Girl From Lebanon" live in Belgium


    votre commentaire

  • Brya  Adams - Middelkerke 2017

    B. Adams - Middelkerke 2017

    Bryan Adams : concert époustouflant vendredi soir

    The Romantics - Middelkerke 2017

    The Romantics - Middelkerke 2017(2)


    Les Romantics fêtent leur 40 ans avec le public belge

    Bob Geldof - Middelkerke 2017

    Boomtown Rats - Middelkerke 2017

    Bob Geldof (Boomtown Rats), plus fort que Mick Jagger ou Steven Tyler

    © Phil de Fer 2017


    votre commentaire
  • L’amitié n’est pas forcément une vue de l’esprit dans un monde musical pourtant réputé pour ses trappes et ses mesquineries. Un album pour se faire plaisir (Heavy Crown), à des années-lumière de toute considération commerciale et une mini-tournée européenne cet été, Vinny Appice et Vivian Campbell s’amusent comme de jeunes fous sur scène. La semaine dernière, les deux ex-Dio se sont produits à Utrecht, aux Pays-Bas. Un retour historique, puisqu’un un concert donné dans cette même ville lors de la tournée Holy Diver (1983) avait fait l’objet d’une captation live. Appice et Campbell, accompagné du chanteur Andrew Freeman, du bassiste Phil Soussan (ex-Ozzy Osbourne) et du claviériste Erik Norlander (John Payne), ont interprété les principaux morceaux des albums légendaires Holy Diver et Last In Line (les titres éponymes bien sûr, « Rainbow In The Dark », « Stand Up And Shout », « Straight To The Heart », « Don’t Talk To Strangers », « Evil Eyes », « We Rock »,…)  ainsi que quatre compositions de Heavy Crown (« Devil In Me », « Martyr », « Already Dead » et « Starmaker »). Le groupe a évidemment rendu un hommage au regretté Jimmy Bain, décédé en janvier 2016. Last In Line jouera ce week-end au festival Alcatraz, à Courtrai, en Belgique.  

    LAST IN LINE : live à Utrecht(1)

    LAST IN LINE : live à Utrecht(3)

    LAST IN LINE : live à Utrecht(4)

    LAST IN LINE : live à Utrecht(5)

    LAST IN LINE : live à Utrecht(2)

    LAST IN LINE : De Helling (Utrecht), 31 juillet 2017

    © Phil de Fer 2017



    votre commentaire
  • GRASPOP

     

    GRASPOP METAL MEETING,

     Dessel (Belgique) 16-18 juin 2017 – 22è édition

     Texte: Philippe Saintes 

    Rammstein, programmé en tête d'affiche du festival belge sur la plaine de Dessel, n'a pas déçu son auditoire pour le véritable coup d’envoi de cette 22è édition. Les Allemands ont parcouru l'ensemble de leur répertoire en interprétant notamment une version endiablée du tube « Amerika ».  

    Rammstein - GRASPOP 2017

    Rammstein : une secousse au pays des festivals
    © CPU - Jonas Demeulemeester

    L’affiche de vendredi proposait quelques pointures du hard-rock plus classique sur la main stage. Les « Godzilla » (Blue Öyster Cult), « The Boys Are Back In Town » (Black Star Riders), « We’re Not Gonna Take It » (Dee Snider) et  « The Final Countdown » (Europe) ont été repris en chœur par la foule. Les décibels ont également explosé sur la seconde scène extérieure avec d’autres noms incontournables : Sepultura, Metal Church ou Epica. Majestueux, Dee Snider a rendu hommage à Ronnie James Dio, Lemmy Kilmister, Jimmy Bain et Chris Cornell lors de son set. A propos de tribute, la reprise du légendaire « Ace Of Spades » de Motörhead par Ugly Kid Joe fut bien plus convaincante que la version des frères Cavalera (Max et Igor), en pilotage automatique cette année. 

     Europe - GRASPOP 2017

    Joey Tempest (Europe) retour gagnant à Dessel
    © Phil de Fer

    BOC au GRASPOP 2017

    Les vétérans de Blue Öyster Cult
    © Phil de Fer

    Si la 1ère journée affichait complet, le public était un peu moins compact pour acclamer, samedi, Deep Purple, la seconde tête d'affiche du festival. Les vétérans britanniques se sont néanmoins défoncé sur scène en proposant un show emballant et débordant d’une vitalité entraînante. Ian Gillan et ses partenaires ont donné une leçon d’efficacité. Le même jour, les prestations de Rhapsody, Danko Jones et Gojira furent presque entièrement probantes. Le Prog Pop du Devin Townsend Project a en revanche, ravi tous les spécialistes et déclenché des réactions très favorables auprès du public. Autre concert rafraîchissant, celui d’Axel Rudi Pell, le blond guitariste allemand, fils spirituel de Ritchie Blackmore. Avec le chanteur italo-américain Johnny Gioeli derrière le micro des titres comme « Nasty Reputation » ou « Fool Fool » prennent une autre dimension. J. Gioeli sera tout aussi irrésistible le lendemain comme vocaliste du groupe Hardline.

     Dee Snider - GRASPOP 2017

    Dee Snider le show sans Twisted Sister
    © CPU - Jonas Demeulemeester

    La chaleur caniculaire et une courte panne des portiques de sécurité n’ont pas empêché les Dead Daisises, Queensrÿche, Gotthard et Suicidal Tendencies de réaliser un sans faute dans le Metal Dome, dimanche. Après le show en demi-teinte d’Evanescence, ce sont les inoxydables Scorpions (avec Mikkey Dee) qui ont clôturé le festival. Les incontournables « Wind Of Change », « Big City Nights », « The Zoo », « Still Loving You » et « Rock You Like A Hurricane » étaient évidemment de la partie. Un peu plus tôt, Steel Panther avait délivré un hard rock’n’roll teigneux à vous exploser les synapses. Enfin, le prix de la révélation 2017 revient aux suédois de Tribulation.

    Epica - GRASPOP 2017

    Simone Simons (Epica) : un ange au Graspop
    ©  Lies Borgers

    Sur le plan comptable, le Graspop 2017 a accueilli 155.000 fans de metal représentant 79 nationalités différentes en l'espace de trois jours. Mais le défi pour les organisateurs, sans cesse, est à renouveler !

    Black Star Riders -GRASPOP 2017

    Black Star Riders en formation de combat
    © Phil de Fer

    Phil de Fer et Scott Gorham

    Rencontre avec une légende, Scott Gorham
    © Phil de Fer

    Metal Church - GRASPOP

    Kurdt Vanderhoof (Metal Church)
    © Phil de Fer

    Sepultura - GRASPOP 2017

    Sepultura sur la main stage 2
    © Phil de Fer

     


    votre commentaire
  • C’est bien connu, il n’y a pas de fumée sans feu. Les interprètes du légendaire « Smoke On The Water » ont envoyé du lourd, jeudi dernier, pour les 6 000 spectateurs du Zénith de Lille. De « Hush » à « Time For Bedlam », Deep Purple a revisité pendant deux heures de spectacle cinquante années d’une carrière coulée dans l’acier du hard-rock. « Le meilleur concert donné par le groupe ces dernières années » pour Jean-Claude, le batteur du cover band Fireball. « La setlist était parfaite, un génial mélange d’anciens et de nouveaux titres », ajoute Vincent, un autre habitué des rendez-vous live du quintet. "Enjoy the show !" nous avait glissé ce vieux briscard de Roger Glover quelques minutes avant de monter sur scène, lors d'un courte mais sympathique rencontre backstage. Et, on a effectivement pris du plaisir ce soir-là. Inoubliable !

    Ian Paice : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Roger Glover : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Ian Gillan : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Steve Morse : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Don Airey : Zénith de Lille, 1er juin 2017

    Phil de Fer et Deep Purple

    © Phil de Fer 2017 


    "Hush" Deep Purple, Zénith de Lille (1er juin 2017)


    1 commentaire
  • Après un set vitaminé de RavenEye, en lever de rideau, Kiss a livré un show  phénoménal hier soir dans l’Ahoy arena de Rotterdam. La légende n’a pas pris une ride (le secret du make-up !). Signalons l’émouvant hommage rendu par le  groupe US aux victimes de Manchester.

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (2)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(3)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(4)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017(6)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (7)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (8)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (9)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 '12)

    KISS : Ahoy de Rotterdam, 24 mai 2017 (13)

    © Phil de Fer 2017 


    votre commentaire
  • Steve Stevens - Live Verviers 2017

    Steve Stevens : Show devant !

    © Phil de Fer 2017 

    Très bon concert de Steve Stevens jeudi dernier au Spirit Of 66 à Verviers. Le sidecick de Billy Idol, qui a aussi composé  les BO de Top Gun, Matrix Reloaded ou Speed, et surtout écrit le solo de « Dirty Diana » de Michael Jackson, effectue actuellement une tournée des clubs en Europe. « Je n’ai rien à promouvoir. J’ai besoin de cette proximité avec les gens, c’est la meilleure façon de vivre ma musique avec les personnes qui l’apprécientCe que j’entends aujourd’hui à la radio n’est pas cool ! » Steve est accompagné Steve est accompagné de Franky Perez (Apocalyptica) aux chants et claviers, Ben Woods à la guitare flamenco,  Uriah Duffy (Whitesnake) à la basse et Michael Bennett (Slash, Richie Kotzen, Stevie Wonder, Bruno Mars) à la batterie. « Cette tournée  avec un groupe que j’ai monté pour l’occasion, m’offre la possibilité de partager toute la musique que j’ai pu jouer au cours de mes 35 années de carrière (« Dirty Diana », « Eyes Without A Face », « Atomic Playboys », « Rebel Yell », …). Et il y en a pour tout le monde. Je n’ai d’ailleurs jamais cherché à être catalogué dans un style particulier. Je joue du flamenco ou du heavy metal avec la même passion. »

    Steve Stevens - Live Verviers 2017 (2)

    Un solo dans l'ambiance tamisée du Spirit of 66

    © Phil de Fer 2017 

    Gus G, le soliste  d’Ozzy Osbourne et de Firewind a chauffé » la salle avec un set acoustique de 45 minutes avant de rejoindre Steve Stevens sur scène pour un rappel explosif (« Voodoo Child » et « Whole Lotta Love »). « Ce jeune guitariste, c’est l’avenir du rock », a déclaré l’aîné à propos du prodige grec. Bref, une soirée de gratteux de bouts d’ficelles comme on les aime !

    Gus G - Live verviers 2017

    Gus G en formule acoustique inédite

    © Phil de Fer 2017 

    Gus G - Live verviers 2017 (2)

    Guitar Heroes

    © Phil de Fer 2017 


     


    votre commentaire
  • EUROPE - Bruxelles, 10 novembre 2016 (1)

    Europe a fait escale à l’Ancienne Belgique le 10 novembre pour son « The Final Countdown 30th Anniversary Tour ». Au cours de cette mini-tournée européenne, le groupe a également joué l’intégralité de son dernier album. Le succès spontané atteste que le courant passe bien, et le public ne tarde pas à se transcender. Avec la voix envoûtante de Joey Tempest, harmonisée avec les claviers de Mic Michaeli et rythmé par la paire John Levén-Ian Haugland, les douze titres de War Of Kings font un tabac incroyable. Ce disque démontre que Europe a pris de la bouteille.

    EUROPE - Bruxelles, 10 novembre 2016 (2)

    EUROPE - Bruxelles, 10 novembre 2016

    Une fois le compte à rebours lancé en deuxième partie de set, le chant de Tempest  s’accompagne d’un bout à l’autre d’un écho en provenance du public devenu communiant. C’est d’ailleurs à l’occasion de « The Final Countdown » que l’assistance connaît le privilège d’un envoûtement express, mais ô combien divin, suscité par la présence hypnotisante de Joey l’enchanteur qui semble fixer en même temps chacune des paires d’yeux qui l’observent. Classiques entre les classiques, « Rock The Night », « Carrie » et « Cherokee » se consomment allègrement. Puis vient le tour de « Danger On The Track, « Ninja », « Heart Of Stone »,… des chansons chargées de cette touche d’émotion répercutée non seulement par le biais des images d’archives qui défilent sur les écrans mais sans doute aussi grâce au feeling de  John Norum, gratteux béni . Le quintet nous balance une dernière fois l’intro de ce bon vieux « The Final Countdown », un tube dont on ne se lasse pas, avant de tirer sa révérence. Un show de près de deux heures qui a transpiré la sueur rock’n’rollienne ! (Phil)

    John Norum - Bruxelles,10 novembre 2016

    John Leven - Bruxelles, 10 novembre 2016

    Mic Michaeli - Bruxelles, 10 novembre 2016

    Photos : © Phil de Fer 2016


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique