• THE END MACHINE : l'interview de Jeff Pilson

     THE END MACHINE

     Les copains d’abord

    The End Machine est composé de trois membres de la formation américaine Dokken : George ‘Mr. Scary’ Lynch, Jeff Pilson, et ‘Wild’Mick Brown. Le chant étant assuré par un ami de la ‘famille’, Robert Mason (Warrant). Ce spin-off de Dokken méritait donc bien l’attention de Metal Obs’. [Entretien avec Jeff Pilson (basse) par Philippe Saintes  - photos : Alex Solca et Kevin Baldes]

    THE END MACHINE

    Jeff, The End Machine mélange retour aux sources et modernité. Il est d’ailleurs bien difficile de ne pas succomber à la fraîcheur qui se dégage de ce disque.

    Merci. Il est vrai que certaines chansons se rapprochent de nos racines mais c’est quelque chose de naturel et non de calculé. D’autant que nous ne sommes pas du genre à regarder en arrière. Il y a surtout des titres très actuels sur cet album. Il ne répond finalement qu’à nos propres envies et notre propre intuition du moment. Le secret de sa fraîcheur ? Les musiciens se connaissent depuis longtemps et ça se ressent.

     

    Robert Mason est votre chanteur mais Michael Sweet (Stryper) n’avait-il pas été pressenti pour ce poste à l’origine ?

    Nous avions pensé à lui pour une tournée avec le projet Tooth & Nail en 2012. C’est un excellent chanteur mais aussi un très bon guitariste. Michael aurait été la personne idéale pour nous renforcer en concert et interpréter les chansons de Dokken. La tournée n’a cependant pas eu lieu. Entre-temps, Michael et George ont sorti deux albums sous le nom Sweet & Lynch. Cela n’aurait eu aucun sens de prendre Michael car le but était de proposer quelque chose de nouveau. Je l’adore et j’espère que nous aurons l’occasion de travailler ensemble dans le futur mais c’est Robert qui a été choisi. Ce dernier n’est pas un inconnu puisqu’il a évolué au sein de Lynch Mob et a chanté sur « It’s Not Love », un titre de l’album de Slave To The Empire de T&N.

    Comment envisages-tu l’avenir de The End Machine ?

    Honnêtement c’est très compliqué de se projeter dans l’avenir. Robert joue dans Warrant, George a des projets avec Lynch Mob et je serai en tournée avec Foreigner jusqu’en novembre. En avril dernier, nous avons donné trois concerts sur la Côte Ouest sans Mick. Officiellement parce qu’il devait se produire la même semaine avec Dokken. En réalité, il n’a plus le feu sacré pour jouer simultanément dans deux groupes. Un jour, j’ai pris l’avion à Mexico où je m’étais produit avec Foreigner afin de me rendre à une répétition de The End Machine à Los Angeles.  C’est épuisant physiquement mais je prends du plaisir. Je ne peux toutefois par exiger la même chose de Mick. Il a été remplacé sur ces trois dates par Will Hunt (Evanescence, Black Label Socienty, Gus G.). On verra bien ce qui va se passer mais je suis convaincu qu’ il y aura un deuxième album de The End Machine car l’accueil du premier a été très positif et le label nous soutient à 100%.

     THE END MACHINE, promo

    Tu a également travaillé sur un nouveau projet pour le label Frontiers en compagnie de Reb Beach (Whitesnake, Winger), Robin McAuley (MSG) et Matt Starr (MR. Big, Ace Frehley). Que peux-tu nous en dire ?

    L’album sortira à la fin de l’année. Reb et moi avons composé onze chansons en onze jours. Ce sont des morceaux solides et pleins d’énergie. Robin n’a jamais aussi bien chanté. Je suis impatient de lire les commentaires. Pour l’instant, je ne suis pas autorisé à te dévoiler le nom du groupe parce que le label a imposé un embargo. Désolé !

    Tu es un ingénieur du son, un producteur, un musicien et un compositeur. Quelle facette de ton métier apprécies-tu le plus ?

    Je donne toujours le meilleur de moi-même dans tout ce que j’entreprends. J'ai eu la chance d'avoir de multiples rôles au cours de mon parcours musical mais comme je suis souvent sur la route pour le moment, mon job de producteur est celui qui me procure le plus de satisfaction. J’aime me retrouver dans mon propre studio.

    Tu as produit récemment le deuxième album de Last In Line dont tu es devenu en quelque sorte le 5è membre… 

    Les musiciens de Last In Line sont des gens ouverts et humbles. Ce qui me touche c'est surtout l'énergie et les émotions que dégagent Vinny Appice, Vivian Campbell, Phil Soussan et Andrew Freeman sur scène mais aussi en studio. C’est facile de travailler avec de tels professionnels parce que nous avons une vision similaire de la musique. Ma contribution principale consiste à amener l’artiste à donner le meilleur de lui-même. Je peux m’adapter tant que cela reste dans mon univers. J’adore sincèrement les gars de Last In Line. Ils sont merveilleux. Leur deuxième album est certainement mon favori.

    Tu as rejoint Foreigner il y a tout juste quinze ans (2004). Le groupe n’est-il pas impatient de retourner en studio et d'enregistrer un nouvel album?

    Foreigner a fêté ses 40 ans en sortant un double CD Forty Hits From Forty Years sur lequel on trouve un inédit « Give My Life For Love ». Nous avons ensuite réenregistré la chanson « The Flame Still Burns » que Mick (Jones) avait composé pour le film Still Crazy en 1998. Nous continuerons à proposer occasionnellement de nouveaux morceaux mais je ne nous vois pas interrompre notre tournée pour retourner en studio et enregistrer un album complet. Nous n’avons tout simplement pas le temps.

    THE END MACHINE, Jeff Pilson

    Toi qui a joué dans le film culte Rock Star, qu’as-tu pensé du biopic dédié à Mötley Crüe The Dirt ?

    Ce n’est pas un chef-d’œuvre mais ce n’est pas la faute de Mötley Crüe (il rit). C’est difficile de juger quand tu connais les personnes. Le comédien qui joue le rôle de Tommy Lee (Machine Gun Kelly) est excellent. Son interprétation est remarquable. Celui qui campe Niki Sixx est également crédible. En revanche, je n’ai pas reconnu Vince Neil et encore moins Mick Mars. Le jeu d’acteur est un peu bancal. Cependant, l’histoire est passionnante et j’ai beaucoup de respect pour les « Saints de Los Angeles ». Ils ont donné au rock une place plus grande qu’il n’en avait. Chapeau pour ce qu’ils ont accompli. Mötley Crüe mérite bien une consécration au Rock’n’Roll Hall of Fame. 

    The Dirt montre que le slogan « sex, drugs and rock’n’roll » n’était pas une légende urbaine dans les années ‘80. Tu as aussi dû connaître des histoires étonnantes avec Dokken ?

    (Il rit). Oh oui beaucoup. J’ai commis pas mal d’excès mais le meilleur souvenir remonte à mon 30è anniversaire.  Dokken se produisait à Vancouver et à la fin de la soirée, on a évidemment décidé de faire la bringue. Je ne bois plus mais à l’époque quand je faisais la tournée des bars avec les copains, j’étais complètement bourré. Le propriétaire d’un club a commencé à m’insulter en insinuant que j’avais tripoté des filles. Est-ce que j’avais flirté ? Absolument mais je n’ai pas eu de geste déplacé envers qui que ce soit. Soudain, quatre types me sont tombés dessus et m’ont traîné vers la sortie. Ce n’est pas une histoire spécialement glorieuse mais j’en rigole aujourd’hui car elle s’est bien terminée. Don Dokken, George et Mick qui avaient suivi la scène, se sont précipités sur les quatre types et le propriétaire. La bagarre a tourné à notre avantage. La presse a souvent parlé des engeulades et des conflits internes chez Dokken, pourtant cette soirée a été ma plus belle expérience de camaraderie. 

    Si tu devais résumer ta carrière en cinq chansons. Quels titres choisirais-tu ?

    Pour commencer « Burn The Truth », mon morceau préféré de The End Machine. J’en suis très fier. Ensuite, « It’s Not Love » de Dokken, une très bonne chanson mélodique qui résiste bien à l’épreuve du temps mais aussi l’emblématique « Dream Warriors ». Nous étions en pleine tournée et le producteur de Nightmare On Elm Street 3 (« Les Griffes du Cauchemar ») est venu nous proposer ce titre, pour lequel nous devions composer un morceau. Ça a été l’un des succès de l’été aux States en 1987. Dokken qui participé à la carrière de Freddy Kruger mérite bien deux titres dans ce top 5 (rires). J’ajouterai « Ever Higher » une plage électro-acoustique de l’album Wicked-Underground (Lynch-Pilson) que les gens ne connaissent pas beaucoup. On y trouve pourtant d’excellentes compositions. Mon dernier choix se porte sur « Back From The Dead » titre éponyme de l’album d’Adler sorti en 2012. Collaborer avec Steven Adler (ex-Guns N’ Roses) fut une chouette expérience. Steven est selon moi un batteur sous-estimé. Quand il tient le groove, il dégage une énergie unique. C’est aussi l’un de mes meilleurs amis.

    Quel a été ton premier concert ? 

    Le M’Woky Pop Fest au Memorial County Stadium de Milwaukee, en juin 1970, avec les Beach Boys, Tommy Row, les Supremes, Andy Kim et le groupe Ides Of March. Un événement fabuleux !

    Et ton premier disque vinyle ?

    Meet The Beatles. J’ai été complètement soufflé quand j’ai entendu pour la première fois les Beatles. Et je continue à les écouter encore maintenant car on découvre toujours quelque chose de nouveau dans leur travail.

     THE END MACHINE, cover

     THE END MACHINE

    The End Machine

    Frontiers Records 

    The End Machine est un spin-off de Dokken, puisque composé de trois membres de la formation américaine : George ‘Mr. Scary’ Lynch (guitare), Jeff Pilson (basse) et ‘Wild’Mick Brown (batterie). Il fait également suite au projet musical T&N. Le chant ici est assuré par un ami de la ‘famille’, Robert Mason (Warrant) actif autrefois au sein de Lynch Mob. Alors que trouve-t-on sous le capot de cette machine ? Un moteur à explosion surgénéré qui délivre au quart de tour des guitares vitaminées, des lignes de basse dévastatrices et une batterie graissée à la moelle de buffle. Je ne vous livrerai pas l’album en pièces détachées. Je signalerai juste que l’on trouve des titres accrocheurs (« Leap Of Faith », « Hold Me Down ») , du gros calibres (« Bulletproof » et « Ride It »), mais aussi un titre atmosphérique (« Burn The Truth ») qui navigue entre le Dog Eat Dog de Warrant et le style mi-blues de Lynch Mob. Mason est en état de grâce sur cet album, Pilson impressionne avec son jeu de basse percutant, Brown cogne toujours aussi fort tandis que Lynch reste ce grand acrobate du solo pirouette et incisif. Tempo cul de plomb, déluge électrique, riffs au napalm et chant divin, tout est au top niveau sur ce disque qui en laissera plus d’un sur le bitume. [Ph. Saintes] 

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :