• Interview de Timo Tolkki

      TIMO TOLKKI’S AVALON

     Nouvel espoir

     Cinq ans après qu’il ait quitté Stratovarius, on ne donnait plus très cher de la peau du guitariste Timo Tolkki dont le dernier domicile connu était le groupe Symfonia. Et voilà que sans crier gare, le Scandinave revient en force avec le premier chapitre d’une trilogie sur la quête d’un nouvel Eden. Il nous dévoile quelques indiscrétions sur ce nouveau projet. [Entretien avec Timo Tolkki (guitare) par Philippe Saintes - Photo : Frontiers Records] 

     

    Timo TolkkiComment parler de The Land of New Hope, sans en dire trop pour attiser la curiosité ? 

     C’est l’histoire de la destruction de l’humanité par les tsunamis et tremblements de terre. Un petit groupe de survivant part alors à la recherche d’un nouveau monde  (The Land of New Hope). Celui-ci  existe mais il est protégé par un gardien qui ne laisse passer que les âmes pures. Cette quête est le fil rouge. L’inspiration est venue rapidement. J’ai commencé à composer en août 2012 et au mois de février l’album était en boîte. Il contient dix bonnes chansons.   

    Elize Ryd est ta principale  complice sur cet album. Comment l’as-tu repérée ?

     Serafino Perugino, le président de Frontiers Records me l’a recommandée. Il m’a envoyé par mail le lien d’une  vidéo sur You Tube, de son groupe Amaranthe. J’ai été impressionné. C’est une chanteuse de grand talent. Je l’ai appelée et elle m’a immédiatement rejoint en studio. Je tenais beaucoup à avoir une voix féminine sur l’album. 

    Les participations d’invités de marque sont toujours à double tranchant. Ne crois-tu pas que les gens retiendront davantage la présence Michael Kiske, Rob Rock,  Sharon Den Adel ou Russell Allen plutôt que ton jeu de guitare ?

     Je ne le pense pas, du moins si j’en crois les réactions que j’ai pu glaner ici ou là. J’ai imaginé le rôle de chacun des musiciens avant même d’écrire l’album. L’entente a été parfaite. Vocalement bien sûr, je me sens un peu dans l’ombre. Quand un  type comme Michael (Kiske) s’exécute au chant, je préfère noyer le poisson et me concentrer essentiellement sur mon jeu de guitare et sur la production (rires) !  

    Timo Tolkki et Elize RydAutre invité : Jens Johansson. La hache de guerre est donc définitivement enterrée avec Stratovarius ?

    J’aimerais que ce soit le cas mais les années passent et avec elles les rancœurs. C’est dommage ! Pour ceux qui veulent connaître la vérité, j’explique tout dans la foire aux questions (FAQ) sur mon site : www.tolkki.org. 

    Comptes-tu écumer les salles avec ce nouveau projet ?

    On en discute mais rien n’est prévu pour l’instant.

    Sur Facebook on a pu lire cette allusion de Tobias Sammet (Avantasia) : «  Les albums de metal symphoniques pullulent en ce moment et je dois m’y faire. S'inspirer du travail d'un autre est aussi une source d'inspiration. Au sujet de Timo Tolkki que puis-je dire ? C’est un type bien et il fait ce qui lui plaît. Je lui souhaite beaucoup de succès. » Ton sentiment sur ces propos ?

    Nos groupes débutent par « AVA » et alors ? Il est ridicule de vouloir tirer des comparaisons hâtives et sommaires. Je me suis juste inspiré du film The Mists of Avalon pour le nom. Au début des années ’90, j’ai fais partie des pionniers qui ont créé un nouveau genre appelé « Power Metal ». Lorsque j’ai rencontré Toby pour la première fois en Allemagne en 1995, il s’est fait passer pour un journaliste dans le simple but de m’approcher. Il a sorti un lecteur CD et m’a demande de produire son groupe Edguy. C’est ce que j’ai fait avec l’album Vain Glory Opera, juste pour remettre les choses dans leur contexte.  

     Timo Tolkki's Avalon Cover

    TIMO TOLKKI’S AVALON

    The Land Of New Hope

    Metal Symphonique

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Timo Tolkki aurait-il enfin trouvé chaussure à son pied avec cet Avalon ? On ne saurait l’assurer avec certitude tant le gaillard est désormais passé maître, de son propre chef ou pas, dans les enfièvrements immédiatement suivis  de douches froides (cf. les anecdotiques Revolution Renaissance et Symfonia). Ce nouveau projet n’est pas à proprement parler l’archétype de l’originalité, rivé qu’il demeure à la proue d’un metal symphonique dont Ayreon et Avantasia ont dessiné les contours. Premier bon point : la liste des invités est de qualité,  Russell Allen (Symphony X), Tony Kakko (Sonata Arctica), Sharon Den Adel (Within Temptation), Michael Kiske (Unisonic, ex-Helloween), Elize Ryd (Amaranthe), Jens Johansson (Stratovarius), Derek Sherinian (Black Country Communion, ex-Dream Theater) et Rob Rock (Impellitteri). Deuxième bon point : rayon efficacité, des petites perles du calibre de « Avalanche Anthem », « In The Name Of The Rose », le galopant « To The Edge Of The Earth » ou l’épique « The Land Of New Hope », ont suffisamment d’atouts pour éclipser bon nombre de ritournelles boxant dans la même catégorie. Les connaisseurs apprécieront. [Philippe Saintes] 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :