• GLENN HUGHES : l'interview

    GLENN HUGHES

    Goldsinger

     

    L’illustre bassiste/chanteur n’est pas surnommé pour rien « The Voice of Rock ». Ceux qui le verront prochainement sur scène (la tournée européenne vient malheureusement d'être annulée), pourront en témoigner. En attendant, cette voix en or sort un nouvel album solo ou plutôt un nouveau chef d’œuvre. [Entretien avec Glenn Hughes (basse-chant) par Philippe Saintes -  photos : Arnie Goodmann et Georgina Cates ]


    GLENN HUGHES : Live

     

    Ce qui frappe après avoir écouté Resonate, c’est son côté puissant et énergique…

    Absolument. La variété de style est toujours là, mais je sentais que je voulais plus d’énergie et qu’elle était au fond de moi-même. C’est un disque puissant.  Le riff de « God of Money », par exemple est très sombre. On peut également  entendre dans le son de ma voix une forme de colère.  Je deviens un acteur dès que je me retrouve derrière un micro ou dans un studio d’enregistrement. J’aime me transporter dans mes chansons. Je suis convaincu que les fans réagiront positivement. Ils retrouveront les émotions que procurent la musique soul, le blues et bien entendu le rock dur.  A l’exception de « Steady » un titre prévu à l’origine pour l’album du groupe California Breed (2012), toutes les chansons ont été composées au printemps dernier.

    Tu as traversé les décennies avec des fortunes diverses mais ta voix ne cesse de se bonifier. Quel est le secret ?

    Je me repose beaucoup, je fais régulièrement des exercices de réchauffement des cordes vocales et je bois beaucoup d’eau. Maîtriser sa respiration au chant est essentiel. Je chante avec mon diaphragme et non de la gorge. Un examen récent a montré que mes poumons étaient solides.

    « Toujours plus bruyant, toujours plus fort, toujours plus loin », pourrait être ta devise. Tu es apparu  en grande en forme lors des derniers concerts !

    C’est vrai. Tout simplement parce que je suis en paix avec moi-même. Je suis devenu plus zen. J’essaie de me surveiller constamment, un peu comme si je faisais un régime. La méditation m’aide beaucoup. C’est un excellent exercice pour évacuer le stress et retrouver son énergie. Cela m’a d’ailleurs permis de guérir plus facilement et rapidement après avoir été opéré des genoux il y a onze mois. Aujourd’hui je suis en pleine forme, c’est extraordinaire ! 

    GLENN HUGHES : promo

     

    Tu as souvent pris en tournée des musiciens scandinaves, les gars de Europe, JJ Marsh et aujourd’hui Søren Andersen (guitare) et le fidèle Pontus Egborg (batterie)…

    C’est fou, n’est-ce pas ? J’ai habité à Stockholm dans les années ’90 et passé beaucoup de temps à Copenhague. Des affinités se sont formées avec des musiciens locaux au cours de ces différents séjours. J’ai fait le tour du monde, c’est donc effectivement étonnant d’avoir enregistré et tourné pendant tant d’années avec autant d’artistes nordiques. C’est aussi une chance. J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec toutes les personnes que tu viens de citer.  J’ai rencontré Søren pour la première fois lors d’une convention NAMM (salon de la musique) à Los Angeles, il y a 12 ans. Le courant est vraiment passé à 100% de chaque côté. C’est vraiment un excellent guitariste, compositeur et producteur. L’album a d’ailleurs été enregistré et mixé dans son studio à Copenhague.

    Søren qui te décrit comme a Black man in a White body (« un noir dans un corps de blanc »)…

    Si Søren le dit (il rit) !

    Cette fois encore Chad Smith (Red Hot Chili Peppers) est de la partie…

    Chad et mois sommes très proches. Je suis le parrain de l’un de ses enfants. Lorsque l’on finalise l’écriture des chansons, je sollicite son avis, car il me pousse dans mes derniers retranchements. C’est donc tout naturellement qu’il a accepté de jouer sur Resonate.    

    Un nouvel album du supergroupe Black Country Communion est annoncé en 2017. Joe Bonamassa et toi sembliez pourtant en froid. Qui a fait le premier pas ?

    Joe m’a contacté au mois d ’avril. Lors d’un dîner passionnant et constructif, nous avons décidé de travailler à nouveau ensemble. Joe est souvent passé à la maison ces derniers mois pour écrire de nouveaux morceaux.  Ce sera un disque de rock. Jason (Bonham), Derek (Sherinan) et Kevin Shirley (producteur) sont évidemment de la partie. Le travail de production débute en janvier. Il n’est pas certain que nous entamions une tournée avant l’été prochain compte tenu de mon agenda très serré avec la sortie de Resonate et la réalisation d’un documentaire sur mes tribulations à Jakarta en 1975 (Note : décès de son garde du corps) après un concert avec Deep Purple. Le programme de Joe en 2017 est aussi bien rempli.    

    En parlant de Deep Purple, tu as fait ton entrée au célèbre Rock & Roll Hall of Fame. Pourtant, David Coverdale et toi avez été mis à l’écart pendant la performance live. C’est une déception ?  

    Mon ami David trouvait sympa l’idée de jouer avec Purple. Je lui ai répondu qu’il y avait peu de chance que cela se fasse car je voyais mal Ian Gillan partager le micro. Nous n’avons effectivement pas été autorisés à rejoindre le groupe pendant son tour de chant.  Ce n’est pas grave, je n’ai pas de liens particuliers avec les membres actuels. Le plus important, c’est d’être entré au panthéon du rock. Nous nous sommes bien amusés. David et moi avons d’ailleurs clôturé le gala avec les musiciens de Cheap Trick. Je suis désormais l’ambassadeur du Rock & Roll Hall of Fame. 

    GLENN HUGHES : Live

    On parle beaucoup d’une reformation de Hughes/Thrall pour donner suite au légendaire album éponyme…

    Retourner en studio pour enregistrer un nouvel album reste envisageable. Pat (Thrall) m’a rejoint sur scène, il y a trois mois à Las Vegas. C’était fantastique. Nous sommes toujours bons amis. Je garde d’ailleurs un excellent souvenir de notre première collaboration. Hughes/Thrall est considéré par la critique comme l’un des meilleurs albums de hard mélodique. Pat est un surdoué. Il a manqué ses rendez-vous avec la gloire, mais son talent est incontestable.

    Et en dehors de la musique, quelles sont tes passions ?

    J’adore aller dans mon jardin pour planter de nouvelles choses. C’est devenu un véritable hobby. Et puis, je suis un fan de foot. Robbie Keane, le capitaine des Los Angeles Galaxy, est un ami intime. J'ai beaucoup de considération pour le ballon rond. (Note : les noms de Glenn et de Keane ont été liés au possible rachat de Wolverhampton, club de deuxième division anglaise).

    En tant que citoyen britannique résidant à Los Angeles, comment analyses-tu la campagne présidentielle aux States ?

    Donald Trump a ébranlé les codes de comportement politique en faisant sortir de nombreux démons et Hilary est critiquée pour la légèreté avec laquelle elle a géré un serveur de messagerie privé. Les deux candidats sont au cœur des polémiques. Ce qui m’intéresse avant tout c’est l’avenir de notre planète. Les sujets essentiels comme le changement climatique, la lutte contre la drogue, les abus à l’égard des enfants et la pauvreté sont rapidement passés au second plan.  J’espère sincèrement que la nouvelle administration sera à la hauteur des vrais enjeux mais j’appréhende tout particulièrement le jour du scrutin.

    GLENN HUGHES : Resonate

    GLENN HUGHES

    Resonate

    Frontiers / Harmonia Mundi 

    Huit ans, c’est ce qu’il aura fallu à Glenn Hughes pour sortir un nouvel album solo. Impliqué dans divers projets, « The Voice of Rock » revient cette fois aux sources et à ses vraies passions musicales. Resonate, coproduit avec  le guitariste Søren Andersen, propose douze morceaux teintés de rock, de soul, de Rhythm 'n Blues et de funk. Outre son potentiel vocal, ce vieux Glenn ne laisse pas indifférent par ses qualités de quatre cordiste. Il y a du groove dans chacune des chansons de l’album. La formule guitare-basse-batterie-orgue Hammond fonctionne d’ailleurs à merveille. En invité de marque, on note la présence de Chad Smith (Red Hot Chili Pepper) derrière les fûts sur deux morceaux (« Heavy » et « Long Time Gone »). Enveloppé dans une production carrée, nette et sans bavure, Resonate transpire du sillon sur des compositions de grande intensité (« Flow », « Let It Shine », « How Long »,…) que la voix de ce grand rocker met irréprochablement en valeur. Ça envoie, ça dégage, ça dépote…La preuve que l’artiste arrive encore, à 64 ans, à nous donner des frissons. Il signe en tout cas un album qui comblera tous les amateurs de bonne musique. [Ph. Saintes] 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :