• Le Cirque d’Alice !

    Alice Cooper plus fou que jamais ! Guillotine, sang, sexe, horreur et rock’n’roll + Hillary Clinton vs. Donald Trump. Jamais le Cirque Royal n’a connu une telle association. 

    Setlist :
    01.The Black Widow.
    02.No More Mr. Nice Guy.
    03.Under My Wheels.
    04.Public Animal # 99.
    05.Billion Dollar Babies.
    06.Long Way To Go.
    07.Woman Of Mass Distraction.
    08.Poison.
    09.Halo Of Flies / Drum Solo.
    10.Feed My Frankenstein.
    11.Cold Ethyl.
    12.Only Women Bleed.
    13.Guilty.
    14.Ballad of Dwight Fry.
    15.Killer.
    16.I Love The Dead.
    17.Under The Bed / Pinball Wizard.
    18. Fire
    19.Suffragette City
    20.Ace Of Spades
    21.I'm Eighteen.
    22.School's Out / Another Brick In The Wall (Part Two).
    23.Elected.

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (1)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (13)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (2)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (3)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (4)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (6)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (7)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (10)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (11)

    ALICE COOPER - Bruxelles ("Cirque Royal"), 21 juin 2016 (12)

     © Phil de Fer 2016 


    votre commentaire
  • Jorn Heavy Rock Radio Album

    JORN

    Heavy Rock Radio 

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Jørn Lande se transforme en animateur pour ce nouvel album de reprises. Refusant le cloisonnement musical, et c’est vrai qu’en la matière il n’a de leçon à recevoir de personne, il enchaîne « I know There's Something Going On » de Frida à « Running Up That Hill » de Kate Bush ; « Rev On The Red Line » de Foreigner à « You’re The Voice » de John Farnham ; « Live To Win » de Paul Stanley (Kiss) à « Don’t Stop Believing » de Journey ; « Killer Queen » de Queen à « Hotel California » des Eagles ; « Rainbow In The Dark » de Dio à « The Final Frontier » d’Iron Maiden et « Stormbringer » de Deep purple à « Die Young » de Black Sabbath. Une sélection pleine de goût dont on retiendra évidemment l’interprétation orientée metal. Outre des musiciens de studios, le chanteur norvégien a fait appel à l’excellent guitariste Trond Holter (Wig Wam), déjà complice en 2015 sur le concept album Dracula Swing of Death. Plus fort que ‘Les Classiques’ de Marc Ysaye, plus lourd que les ‘Nocturnes’ de Georges Lang, ce Heavy Rock Radio de Jorn ne déparerait pas en revanche dans une play-list de Tonton Zézé ! On prend beaucoup de plaisir à  l’écoute de ce juke-box et on savoure ces 12 morceaux de « Classic Rock » revisités par un féru de musique à la culture encyclopédique ! [Ph. Saintes] 


    votre commentaire
  • ACE FREHLEY Origins Vol.1

    ACE FREHLEY

     Origins Vol.1 

    SPV

     « Les reprises, c'est souvent très cool : ça remet au goût du jour une chanson un peu oubliée, ça lui redonne du crédit, ça la renouvelle. » Voilà ce que déclarait Lita Ford, à propos de sa participation à la chanson « Wild Thing » (The Troggs) qui figure sur cet Origins Vol. 1. On peut souligner le travail remarquable de tous les musiciens dont le père Ace s’est entouré. La voix de Scott Coogan nous envoûte  sur « Bring It On Home », titre popularisé par Led Zeppelin. « Emerald » (Thin Lizzy) offre un fantastique duel entre le Spaceman et Slash mais la plus belle surprise est peut-être de retrouver Paul Stanley sur « Fire And Water », un hommage tout simplement sublime à Free et Paul Rodgers. La vidéo a fait un carton sur la Toile et les réseaux sociaux. Les parties de guitares sur « White Room » (Cream) et «  Spanish Castle Magic » (J. Hendrix) sont jouées avec un tel feeling qu'elles donnent la chair de poule. Ce disque enflammé explose dans tous les sens et revisite même « Till The End Of The Day » des Kinks et « Street Fighting Man » des Rolling Stones. Frehley réinterprète également trois morceaux de Kiss, « Parasite », « Cold Gin » et « Rock And Roll Hell », sans les dénaturer. Parfois, un album de reprises peut être aussi savoureux qu'un album original. Vivement le volume 2 !  [Ph. Saintes]

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires