•   SEBASTIAN BACH

    Une pêche d’enfer

    Sebastian Bach affirme en avoir terminé avec les excès mais s’il y a une habitude qu’il ne souhaite pas  abandonner, c’est celle de sortir à intervalles réguliers d’excellents disques. Give ‘Em Hell la dernière réalisation du chanteur canadien file la pêche et possède les atouts nécessaires pour figurer en bonne place dans le classement des meilleures sorties de l’année 2014. Autre bonne nouvelle pour ses supporters français, un concert est annoncé le 28 juin prochain au Forum de Vauréal. Entretien avec Sebastian Bach (chant) par Philippe Saintes.  

    N'étais-tu pas confronté à un nouveau défi en raison de l'inévitable comparaison avec Kicking & Screaming qui a fait sensation à sa sortie (73è au Billboard 200) ?

    Lorsque quelqu’un affirme qu’un disque est meilleur ou moins bon que le précédent, c’est tout simplement un avis subjectif. Je n’aime pas comparer mes disques. Tout ce que j’essaie de faire en tant qu’artiste c’est de composer et de jouer la musique que j’aime. Certains apprécieront le nouvel album, d’autres pas. On ne peut pas contenter tout le monde. Je suis heureux de pouvoir offrir en 2014 un nouveau CD à  mes fans. Give ‘Em Hell va leur exploser à la gueule ! Prends  « Temptation » ou « Hell Inside My Head », c’est de la dynamite. « Taking Back Tommorow » va faire un malheur en concert.  

    Il y a une complicité évidente avec Bob Marlette, qui produit ton deuxième album de rang. 

    J’ai choisi de bosser avec Bob parce qu’il comprend exactement ce que je veux et on s’entend bien. Il consacre beaucoup de son temps et de son énergie. Il m’aide à écrire les lignes mélodiques et surtout, Bob parvient à capturer le son de ma voix en studio d’une façon unique. Je ne sais pas si c’est dû au micro ou à l’acoustique du studio, mais mon timbre de voix est tout simplement incroyable sur ce disque.

    Il y a effectivement de nombreuses notes aiguës sur Give Em Hell. Peut-être chantes-tu encore mieux aujourd’hui qu’a tes débuts il y a 25 ans?  

    C’est probablement grâce aux shows de Broadway (Jesus Christ Superstar, Jekyll & Hyde,...) auxquels j’ai participé. Ma voix est plus juste et est plus puissante. Elle cartonne sur ce disque. C’est également le premier enregistrement où je suis sobre. Je suis fier d’annoncer que je n’ai pas bu une seule goutte d'alcool ces 12 derniers mois.     

     Sebastian Bach Graspop 2012

    Copyright Phil de Fer © 2014

    J'ai vu sur la toile ton interprétation de « The Crystal Ship » des Doors, en duo  avec Robby Krieger lors d’un concert de charité. Tu as révélé à cette occasion une autre facette de ton talent. 

    Waouh. Merci pour le compliment! Je suis catalogué chanteur de metal avec une voix haut perchée mais « The Crystal Ship » c’est un autre registre (il chanteBefore you slip into unconsciousness I'd like to have another kiss… c’est une chanson un peu crooner, la voix est très basse. J’adore chanter de cette façon.  

    En parlant de performance vocale, la plage numéro cinq, « Push Away » est envoûtante. Cette chanson donne des frissons.

    J’ai écrit les paroles de ce titre pour ma compagne que j’adore. C’est un morceau qui vient droit du cœur. Quand je l’écoute, je suis terriblement bouleversé.  J’avais en tête le morceau « Child In Time » de Deep Purple au moment d’écrire « Push Away ». Je n'ai jamais chanté de ma courte vie des notes aussi aiguës. Bob Marlette a été abasourdi. Il s’est demandé comment un son pareil avait pu sortir de ma gorge (rires). Beaucoup de ces chansons sont très personnelles pour moi. « All My Friends Are Dead » est un hommage à plusieurs potes décédés l’an dernier dont Mark McConnoll, batteur de Madam X et sur mon premier effort solo Bring 'Em Bach Alive (1999).

    Tu as justement fais appel à de vieux amis pour composer les chansons du nouvel album, Duff McKagan (Guns N’ Roses) John 5 (Rob Zombie) et Steve Stevens (Billy Idol).  

    Lors d’un concert en Australie, où Duff et moi étions sur la même affiche qu’Aerosmith et Van Halen, je lui ai proposé une collaboration. Il a immédiatement donné son accord et a composé la musique de « Harmony ». Ce titre est à la croisée de Skid Row et de Guns  N’ Roses. John 5 qui a co-écrit le morceau « TunnelVision » sur le précédent disque, a cette fois contribué à « Temptation », une chanson qui fait référence au sexe et à l’alcool. J’ai passé un super moment sur le tournage du clip avec Duff et des jolies nanas de Playboy. C’est une vidéo très hot et très cool qui va certainement faire le buzz (rires).  Steve Stevens a composé la musique de « Push Away »,  Had Enough et un morceau de pur heavy metal « Gun To A Knife Fight ». Le riff de Steve me rappelle l’album Fair Warning de Van Halen. Bobby Jarzombek joue de la batterie. Il y a également Devin Bronson à la guitare et il ne faut pas oublier Franky Perez qui joue de l’harmonica sur « Rock’n’Roll Is A Vicious Game ». C’est un musicien réputé de Los Angeles que j’ai côtoyé dans Camp Freddy (supergroupe de hard rock spécialisé dans les reprises).  

     

    J'ai entendu parler d'une rumeur à propos d'une collaboration avec Nuno Bettencourt (Extreme). 

     C’est vrai mais cela n'a pu se faire cette fois-ci à cause d'un problème d'emploi du temps. Nuno est actuellement en tournée avec Rihanna dont il est le guitariste attitré. Il n’était pas disponible pour Give ‘Em Hell mais je ne désespère pas de travailler avec lui dans le futur.  

    N’aimerais-tu pas avoir un groupe à temps complet, aussi bien studio qu’en tournée ? 

    Non, je suis trop individualiste (rires). J’aime mes chansons et je n’ai pas envie de jouer des compositions d’autres personnes. Je n’aurais jamais de groupe à temps complet ! Je ne peux d’ailleurs pas encore te dire qui m’accompagnera sur la tournée de Give ‘Em Hell.  

    A l’invitation de Gene Simmons (Kiss), tu as récemment participé avec Tommy Thayer (Kiss), Steve Stevens, Scott Ian (Anthrax) et Dave Ellefson (Megadeth) au Rock'n'roll Fantasy Camp, un programme qui permet à des aspirants musiciens d'apprendre le métier de rock stars.   

    J’ai joué sur scène avec Gene  lors de la tournée Rock 'N' Roll Allstars en Amérique du Sud l’an dernier et nous avions déjà collaboré ensemble sur une précédente édition du Rock'n'roll Fantasy Camp. En tant que fan de KISS, forcément, ça fait plaisir d'être appelé par Gene.

    Toi qui est un ardent défenseur du support physique, que penses-tu du retour en force du vinyle ? 

    C’est bien de voir des personnes prendre le temps d’ouvrir la pochette d’un vinyle, de mettre en route un  titre en plaçant le diamant sur le disque et de vivre un vrai moment musical hors du temps, à l’époque du MP3. J’adore avoir entre les mains la pochette d’un album par contre je déteste les appareils MP3. Neil Young travaille sur un projet de baladeur musical capable de restituer la véritable qualité sonore des enregistrements de studio. Je suis curieux de voir cela. 

     

    J’avais en tête le morceau « Child In Time » de Deep Purple au moment d’écrire « Push Away ». 

     

     

    Give 'Em Hell Cover

     

    SEBASTIAN BACH

    Give ‘Em Hell

    Hard Rock

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Sebstian Bach revient donc à la charge avec un CD juteux. Entre une reprise de April Wine (« Rock’n’Roll is A Vicious Game ») qui lui va comme un gant et une plongée dans le glam metal (« Forget You »), Bach impose son bel organe et une vraie attitude. Géant au cœur d’artichaut, il n’est jamais aussi touchant que lorsqu’il baisse la garde sur des chansons mélancoliques (« Push Away ») et éthérées (« Had Enough », « Harmony »). Fidèle à son image de marque, celle d’un chanteur énergique (« Hell Inside My head », « Disengaged »,…) il est accompagné par une rythmique qui ose quelques tempos bien syncopés (« All My Friends Are Dead ») et des guitares clinquantes. Les douze nouvelles ritournelles de Sebastian ne changeront pas la face du monde et ne se rapportent à aucun mouvement actuellement en vogue, elles sont simplement intemporelles. Superbe par sa réalisation, Give ‘Em Hell est aussi le fruit de l’amitié et du respect mutuel entre le chanteur et ses prestigieux invités (v. ci-dessus). On s’incline devant ces légendes qui s’éclatent comme des gamins. [Philippe Saintes] 

     


    votre commentaire
  • Nouveau Numéro 63 - Mai / Juin / Juillet / Août

    Télécharger le nouveau numéro sur

    www.metalobs.com

    Disponible dans les magasins partenaires la semaine prochaine

    L'été arrive, les beaux jours sont enfin de retour, les transats pointent le bout de leur nez et les serviettes de plages ressortent des placards. Pour vous accompagner durant ces quatre prochains mois, Metal Ob's vous a préparé un programme riche en coups de cœur et en découvertes.

    Rival Sons s'invite en couverture de ce numéro 63, aux côtés d'un face-à-face inédit Triptykon/Loudblast et d'un gros dossier "Bad Ass" avec Down, Crowbar, Hellyeah, Eyehategod, Black Label Society et Corrosion of Conformity. Sans oublier bien sûr notre "kiff du mois" Sabastian Bach et notre "album du mois" avec The Chant. Et pour le reste de l'actualité, il vous suffit de feuilleter les 44 pages de ce numéro d'été ! 

    On vous retrouve à la rentrée "gonflé à bloc" après avoir fait le plein de festivals et de vitamine D !

    MO 63


    votre commentaire
  •  RICHIE SAMBORA
    Announces European Tour
    June / July 2014
    Featuring Special Guest Orianthi

    Richie Sambora


    JUNE 13 - UK, LONDON - ISLINGTON ACADEMY headline
    JUNE 15 - UK, DONINGTON - DOWNLOAD FESTIVAL
    JUNE 17 - HOLLAND, TILBURG - O13
    headline
    JUNE 19 - GERMANY, STUTTGART - BEETHOVENSAAL  
    headline
    JUNE 20 - GERMANY, MUNICH - KESSELHAUS
    headline
    JUNE 22 - GERMANY, BERLIN - HUXLEYS
    headline
    JUNE 24 - GERMANY, COLOGNE - E-WERK
    headline
    JUNE 26 - FRANCE, PARIS - BATACLAN
    headline
    JUNE 28 - UK, LONDON - CALLING FESTIVAL – CLAPHAM COMMON
    JUNE 30 - IRELAND, DUBLIN - OLYMPIA
    headline
    JULY 1 - UK, BELFAST - ULSTER HALL
    headline
    JULY 3 - UK, GLASGOW – ABC
    headline

    Richie Sambora:
    http://richiesambora.com

    https://www.facebook.com/TheRealSambora
    https://twitter.com/therealsambora

    Orianthi:
    http://orianthi.com/

    https://www.facebook.com/Orianthi
    https://twitter.com/orianthi


    votre commentaire
  •   WINGER 

    25 ans et ça continue

    Avec plusieurs millions d’albums vendus de par le monde, les Américains de Winger furent un groupe à abattre dans les années ’90 suite à une campagne de dénigrement instrumentée par la série pour glandeurs Beavis et Butt-Head (MTV). Kip Winger, Reb Beach, John Roth et Rod Morgenstein ont depuis prouvé leur bonne foi devant les inquisiteurs. Actif depuis un quart de siècle, Winger fait désormais partie des irréductibles que le temps et les modes n’ébranlent pas. Entretien avec Kip Winger (chant, basse) par Philippe Saintes  - Photo : Frontiers Records]

    Winger 2014

    Kip, il y a une grande variété d’ambiance sur le nouvel album, Better Days Comin’.

    Ce qui fait la qualité d’un groupe c’est sa versatilité. Le morceau « Better Days Comin’ » est à classer au rayon funk. On trouvait déjà cet aspect langoureux sur « Down Incognito » (sorti sur Pill en 1993). « Tin Soldier » est un rock progressif dans la lignée de Winger IV. Chaque chanson du nouvel album est un clin d’œil aux différentes périodes de notre carrière. L'écriture est la motivation essentielle de notre métier. Reb, John et moi nous nous entendons à merveille pour composer des riffs efficaces, et aussi de bonnes mélodies. Nous avons posté  plusieurs vidéos sur le site et elles ont été inondées de commentaires dithyrambiques.

    Tu as décidé cette fois encore de produire ce disque.

    Je crois que les artistes qui font appel à un producteur extérieur ne savent pas exactement où ils veulent aller. J’aime garder la mainmise sur mes chansons. Elles touchent à quelque chose d’intime. C’est presque une affaire personnelle. Nos albums sonnent exactement comme je veux qu’ils sonnent. Je n’ai pas la prétention de dire que tout ce que je fait est formidable mais je connais le mécanisme de la musique. C’est toute ma vie.

    Que retiens-tu des 25 ans de carrière du groupe ?

    Les liens d’amitiés qui nous ont permis de tenir le coup pendant les moments les plus difficiles mais aussi  l’ostracisme dont nous avons été victime. Aujourd’hui encore des fans de metal nous considèrent comme des « traîtres » alors qu’ils n’ont jamais entendu un seul de nos disques. Nous sommes très mélodiques et les gens font souvent l’amalgame. Il est certain qu’on ne peut pas plaire à tout le monde mais personne ne niera que lorsque nous sommes d’humeur à jouer heavy, nous égalons aisément les formations actuelles. Il suffit d’écouter des titres comme « Junkyard Dog » ou « Rat Race ». Winger est un groupe sous-estimé selon moi.

    www.wingertheband.com

    Lors de la dernière tournée en Europe, il y a trois ans, le groupe s’était montré très accessible pour les fans après chaque concert.

    C’est vrai. Être connecté avec nos fans est très important. C'est la meilleure manière de renforcer notre relation avec eux et d'en créer de nouvelles. Il est important de  les remercier car ils permettent au groupe d'exister.

    Que peut-on espérer prochainement ? 

    Outre la création d’œuvres de musique classique, je prépare un nouveau disque solo et je compte donner un concert acoustique à Paris en septembre. Avant cela, Winger sera en tournée aux USA et en Angleterre. Le Dvd live du 25è anniversaire avec Paul Taylor ? Je crains qu’il ne sorte jamais en raison d’un désaccord avec l’équipe de tournage mais nous allons rapidement bosser sur un 7è album studio. Cette fois nous n’attendrons plus cinq années entre deux enregistrements (rires) !

     Cover Better Days Comin

    WINGER

    Better Days Comin’

    Frontiers / Harmonia Mundi

    Hard Rock

    Cinq ans après l’excellent Karma, Winger est à nouveau dans les starting-blocks, démentant de fait les rumeurs de baisser de rideau. Les impératifs commerciaux diligentant les ondes, la probabilité d’entendre le nouvel album ce mois-ci sur RTL ou Europe 2 est égal à zéro. On ne verra pas non plus les pseudos stars de demain interpréter « Rat Race » sur les plateaux de The Voice ou de Rising Star. Better Days Comin’ est une pièce de résistance comme on les aime, imprévisible et subtile. Jamais le morceau à venir ne semble formaté. Dès la plage introductive (« Midnight Driver Of A Love Machine »), avec ses Oooooouu-Oouuu sous pulsation on sait qu’il s’agira d’un disque fort. L’envoûtant « Queen Babylon » qui suit juste après et le titre éponyme avec sa ligne de basse funk confirment cette impression. On trouve également une touchante ballade (« Ever Wonder ») sans mièvrerie.  Plus loin, le style progressif  de « Tin Soldier » assied définitivement notre jugement. Better Days Comin’ est un jalon marquant dans le parcours de Winger. Reb Beach et Kip Winger, les deux têtes pensantes, ont composé, arrangé et produit un disque qui s’apprécie on the rocks. [Ph. Saintes] 

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires