•    LILLIAN AXE

     La mélodie du bonheur 

    Joyeux pourvoyeur d’un hard-rock mélodique de magnifique niveau, Lillian Axe a été la victime d’un environnement commercial inadapté et inefficace. Plusieurs années durant, le groupe s’est trouvé emprisonné et empoisonné par des labels qui n’ont jamais misé sur lui. Unique rescapé du line-up d’origine, Steve Blaze continue pourtant de voir le côté positif des choses. On ne peut que l’encourager car le dernier album du quintet XI: The Days Before Tomorrow mérite assurément le détour. [Entretien avec Steve Blaze (guitare) par Philippe Saintes - Photos : DR]

    Lillian Axe

    Votre dernier album en date propose un hard-rock assez enlevé, mais aussi mélodiquement soigné. Tu crois au pouvoir de l’attrait mélodique ?

    Absolument. Je m’intéresse à énormément de genres musicaux, j’aime la musique classique et je pense qu’une bonne chanson est avant tout une chanson qui dispose d’une bonne base mélodique. Une mélodie subtile peut  toucher une personne au plus profond de son âme et susciter des émotions particulières. 

    Cela se ressent immédiatement en t’écoutant que tu passes beaucoup de temps à travailler tes lyrics.

    C’est capital pour moi. La vie de tous les jours influence mon comportement et ma façon d’écrire. Le fait d’avoir un garçon de deux ans m’a amené à composer « My Apologies » tandis que « Bow Your Head » relate la souffrance d’un jeune enfant atteint par une maladie de la peau très rare. Un fait authentique. Cela dit, l’habillage sonore est aussi important. Je suis à la fois attiré par la mélodie et le mouvement dynamique. En fait, je crois en un équilibre adroit entre tout cela. 

    Quelles sont les éléments qui te rendent fiers de ce disque ?

    L’album est très consistant sur le plan des compositions et de l’énergie. Il vous promène dans une chevauchée fantastique. Les performances de Brian (Jones, chant) et du groupe sont exceptionnelles. La basse et la batterie sont puissantes. J’adore également la tonalité de la guitare acoustique. Rob Hovey, notre ingénieur-son sait comment s’y prendre pour vraiment faire ressortir le grain de son naturel dans les amplis. Et puis, je suis également très fier d’entendre la voix de mon fils sur le titre caché de l’album.

    Brian C. Jones est donc votre nouveau chanteur. Comment l’as-tu déniché ?

    Brian était un fan et un ami du groupe depuis de nombreuses années. Je savais qu’il était un très bon guitariste mais je n’ai jamais soupçonné ses talents de chanteur. Il m’a appelé pour passer une audition lorsqu’il a appris que le poste était vacant. Nous avons collaboré ensemble pendant six mois avant de l'embaucher officiellement. Il m’a aussi été recommandé par des amis communs.

    Mes titres favoris de l’album sont «Death Comes Tomorrow», «Take The Bullet» et  «Gather Up The Snow». De sacrés morceaux. Que peux-tu en dire ?

     « Death Comes Tomorow » raconte les luttes d’un homme seul dans notre société qui affrontent les éléments naturels et les obstacles diaboliques en tentant de découvrir sa vraie nature et ses origines. Cette histoire pourrait se dérouler dans le passé, à l’époque de Conan le Barbare ou à l’heure actuelle dans notre société industrielle. Pour ce titre, je me suis inspiré du livre de Robert Howard et du film Légendes d’Automne.

    « Take the Bullet » est un hommage aux soldats américains qui défendent notre pays dans le monde entier. Ceux qui luttent pour la défense des valeurs démocratiques et la justice méritent le respect. Je me suis lié d’amitié avec des personnes qui servent dans l’armée, ces gars-là forment une véritable confraternité.   

    « Gather Up the Snow » est sur la façon de chérir chaque moment de notre vie sur cette planète. Aimez votre voisin, profitez de chaque seconde avec votre famille et remerciez Dieu pour le cadeau de la vie qu’il vous a offert.

    Steve Blaze

    Malgré les nombreux changements de personnel tu as toujours souhaité continuer à travailler sous le nom de Lillian Axe.

    J’ai gardé le nom Lillian Axe parce que c’est une marque de fabrique. Même si plusieurs musiciens sont partis, l'image du groupe est restée la même. Sam (Poitvent, guitare rythmique) et Ken (Koudelka, batterie) sont avec nous depuis 12 ans maintenant. Eric (Morris, basse) nous a rejoint il y a six ans. Et puis, je compose la majorité des chansons, il y a donc une certaine homogénéité. Lorsqu’un membre s’en va, je veille à ce que le remplaçant respecte les principes de Lillian Axe pour garder une cohésion.

    The Days Before Tomorrow a été produit par Sylvia Massy, qui a collaboré jadis avec les Red Hot, Tools ou System of a Down. Qu’a t-elle apporté à l’album ? 

    Sylvia Massey et son équipe ont compris la philosophie de Lilian Axe. Elle s’est montrée très attentive à la spontanéité du groupe. Nous ne sommes pas du genre à noyer nos disques d’effets technologiques ni à passer quinze mois en studio. Sylvia a réussi à faire ressortir la puissance, l’émotion et le sens profond des morceaux que nous avons enregistré. L’auditeur sera vraiment absorbé par chaque instant du CD.

     On se souvient que tu as joué avec le mythique groupe Angel. Aujourd’hui Frank Di Mino (chant) semble avoir définitivement tourné la page.

    J’ai été fan de ce groupe lorsque j’étais adolescent. Ce fut donc un honneur de remplacer en son temps Punky Meadows. J’adore vraiment ces types. Frank à été très déçu par l’évolution du business musical qui s’est détérioré au cours des dernières années. Je le comprends car nous manquions cruellement de support. Je pense que nous aurions dû réenregistrer les classiques d’Angel avec le dernier line-up et ensuite travailler sur de nouvelles chansons. Malheureusement je n’ai pas réussi à convaincre Frank sur ce point. Angel a hiberné depuis. Il n’y a pour l’instant rien de concret. Je suis prêt à rejoindre cette formation si l’occasion se présente. C’est un groupe culte composé de musiciens formidables. Angel a été en avance sur son époque mais n’a malheureusement pas récolté le succès mérité.  

    Que retiens-tu de l’évolution de la musique depuis les années ’80 ?

    A l’époque les gens  appréciaient la musique à sa juste valeur et les fans soutenaient les groupes comme jamais. Ils étaient nombreux aux concerts.  Il suffit de comparer les chiffres d’audience et de ventes d’albums. Ensuite, la crises est arrivée, les labels ont empoisonné les groupes et a la cupidité a triomphé. La musique est aujourd’hui devenue une sorte de compétition au détriment de l’émotion. Les ‘80s ont été une période d'expansion, avec sans cesses de nouveaux genres. La chute a été terrible.

    On signalera au passage que Lillian Axe a paraphé un contrat avec AFM.

    Nous avons été contacté par ce label grâce à notre publiciste Chip Ruggieri, qui travaille avec nous depuis 18 ans maintenant. C’est le meilleur !  

    Vos projets immédiats ?

    Nous espérons jouer prochainement en Europe, au Japon et aux Etats-Unis. Lillian Axe devrait  être à l’affiche de plusieurs festivals comme le Firefest, en Angleterre.  Les dates seront bientôt postées sur notre site.  

    Lillian Axe2

     

    LILLIAN AXE - XI: The Days Before Tomorrow   

    AFM Records 

    www.lillianaxe.com  

     


    votre commentaire
  • Metal Obs mars-avril 2012

    METAL OBS et FURET DU NORD présentent l'opération Métal dans les magasins Furet du Nord (à partir du mois de Mars 2012).

    Pour chaque disque métal acheté dans le cadre de l'opération Métal Furet du Nord, METAL OBS et FURET DU NORD vous offriront le cd Power Ballad Compilation du label FRONTIERS RECORDS (CD à retirer en magasin FURET DU NORD uniquement).
     

    Le nouveau Metal Obs peut-être téléchargé ici :

    www.metalobs.com

     INFOS SUR LE CD: 

    http://www.frontiers.it/news/10399/


    votre commentaire
  • Rock And Roll All Stars

    Pour la première fois de sa carrière, le légendaire Gene Simmons va jouer sans Kiss mais avec un All-Star band comprenant le chanteur de Def Leppard Joe Elliot, l'ancien frontman de Skid Row, Sebastian Bach, les ex-Guns N’ Roses Duff McKagan (basse), Matt Sorum (batterie) et Gilby Clarke (guitare) mais également l'ancien Deep Purple Glenn "The Voice" Hughes ainsi que les six-cordistes Steve Stevens (Billy Idol) et Bily Dufy (The Cult), sans oublier Mike Inez (basse, Alice in Chains).

    Enfin un All-Star band composé de véritable stars. Cette joyeuse bande donnera au printemps prochain une dizaine de concerts en Amérique du Sud et Amérique Centrale. 

    4/19 – Asuncion, Paraguay
    4/21 – Sao Luis, Brazil
    4/23 – Buenos Aires, Argentina
    4/25 – Santiago, Chile
    4/27 – Lima, Peru
    4/29 – Quito, Ecuador
    5/1 – Guatemala City, Guatemala
    5/3 – San Jose, Costa Rica
    5/4 – Panama City, Panama
    5/5 – Bogota, Colombia


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  FIONA 

     Unplugged & Unbroken

    Grande dame du hard FM dans les années’80, Fiona s’est remise au travail l’an dernier après une pause carrière dans le domaine de la musique. En février, l’Irlandaise du New Jersey a traversé l’Atlantique pour donner une série de concerts acoustiques gratuits en Allemagne, à l’invitation de la franchise Hard Rock Café. Accompagnée des guitaristes Tommy Denander et Vic Heart, la chanteuse a interprété de majestueuse façon quelques uns de ses classiques comme l’excellent « Talk to Me », le puissant « Heart of Fire » et le touchant « Over Now » ainsi que trois  morceaux du nouvel album Unbroken (« Loved Along the Way » « I’Ve Realesed You » et « Broken »). Un concert authentique et naturel, à l’image de l’artiste en somme. [Entretien avec Fiona par Philippe Saintes - Photos : Ph. S.]

      Fiona affiche Cologne

    A quoi doit-on ce retour sur scène, après une si longue absence ?

    J’ai surtout chanté ces dernières années chez moi dans le New Jersey pour des actions  caritatives. Je me suis complètement distancée de l’industrie du disque. Et puis, mon amie Robin Beck m’a appelée. Elle m’a demandée quand je comptais chanter à nouveau. Je lui ai répondu que je n’en savais rien. Elle avait déjà une idée en tête. Sans Robin et son mari James Christian (chanteur de House of Lords), je n’aurai probablement pas enregistré le CD ni joué ce soir à Cologne. Ce sont des musiciens professionnels. Ils ont l’habitude des tournées et connaissent parfaitement le public AOR. J’ai suivi leurs conseils et je ne le regrette pas un instant. James Christian et moi avons composé les chansons qui ont servi de base pour l’album.

    Quel a été le feed-back des médias et des fans ?

    La réaction a été fantastique. J’ai vraiment été étonnée par l’enthousiasme généré par ce CD. Le magazine Classic Rock a écrit que l’on trouvait sur l’album quelques uns des meilleurs titres de l’année 2011. je ne m’attendais pas du  tout à de telles réactions. C’est vraiment une fierté. Je suis à la fois surprise et contente.

    Fiona Live at Cologne

    Quel est le bilan de cette mini-tournée Unplugged en Allemagne en compagnie de Tommy Denander et Vic Heart ?

    J’ai vécu une belle expérience. Le concert de Cologne a été meilleur. La première soirée à Munich a constitué une sorte de répétition. Nous avons effectué quelques changements après cela et cela a beaucoup mieux fonctionné. J’aurais aimé jouer davantage de concert car Tommy, Vic et moi commencions vraiment à nous connaître. J’adore la vie d’artiste et j’aime voyager mais sur cette petite tournée, se résumait à chanter, dormir, prendre le train et chanter à nouveau

    Tes fans européens pourront déjà te revoir cet automne pour un show « électrique » cette fois.

    Oui, lors du Firefest, un festival qui aura lieu au mois d’octobre, en Angleterre. Robin Beck jouera le samedi et moi le dimanche. On se partagera le même groupe d’accompagnement : James Christian à la basse, Tommy Denander et Garrett Wall (Track Dogs) aux guitares, BJ Zampa (House of Lords) à la batterie et Allesandro Del Veccio aux claviers. Robin viendra sans doute nous rejoindre sur scène pour interpréter le morceau « This Heart » qui figure d'ailleurs sur l'album.

    J’effectuerai aussi une date pour le fun au Japon au mois d’avril. On va peut-être remonter dans un bus de tournée comme au bon vieux temps (rires). L’année 2012 s’annonce vraiment excitante.

    Fiona Live at Cologne

    Tu as aussi créé ton propre label, « Life of the Moon ».

    Je ne sais pas si on peut appeler cela vraiment un label. C’est juste une petite structure. Je l’ai baptisé  Life of the Moon en hommage à Jani Lane, le chanteur de Warrant récemment décédé. C’est quelqu’un que j’appréciais beaucoup. J’ai interprété le morceau "Life of the Moon" sur Squeeze mon 4è album. On ne s’était plus revu depuis de nombreuses années mais lorsque j’ai appris son décès, cela a été un choc. Il était comme un jeune superhéros pour moi. J’étais la compagne de Beau Hill, le producteur de Warrant, lorsque ce groupe a signé son premier contrat. Ce label, je l’ai vraiment créé en la mémoire de Jani. 

    Quel est le meilleur souvenir de ta carrière de chanteuse ?

    Probablement la tournée avec Brian Adams lorsque celui-ci dominait les charts. J’ai aussi d’excellents souvenirs des concerts donnés au Ritz de New York ou au Stone Pony (New Jersey), deux salles dans lesquelles mes artistes préférés s’étaient produits. Chanter à mon tour dans ces endroits mythiques a vraiment été l’un des points culminants de ma carrière. Comme le concert de ce soir d’ailleurs. Le Hard-Rock café de Cologne, c’est aussi un moment sympa.

    Y a-t-il des artistes qui t’ont donné l’envie de faire ce métier ?

    Oh, il y en a pas mal! Steve Perry (ex-Journey) a été une grande influence pour moi, de même que  Lou Gramm (Foreigner) et Steven Tyler (Aerosmith). Chez les filles, Ann Wilson (Heart), Pat Benatar et Stevie Nicks ont été déterminantes pour moi.  Je me rappelle de l'excitation que j’ai eu en découvrant la pochette de Bella Donna, le premier album solo de Stevie, avec les fameuses boots. Comme tous les gens que j'ai cité, elle a beaucoup de personnalité.  

      

    Fiona Live at Cologne

     

    Ne regrettes-tu pas d’une certaine façon les « Golden eighties », l’âge d’or du Glam et du Hard FM ?

    Non je ne pense pas. J’ai mûri sur le plan personnel et musicalement mais ma vision des choses est restée la même. Ces dernières années je me suis surtout consacrée à ma vie de famille, à mes enfants. Aujourd’hui, la situation est un peu différente avec la sortie de l’album. J’adore entendre à la radio des morceaux de Hair Metal. Je me rappelle avoir vu au cinéma, le film Rock Star avec Marc Wahlberg. J’avais alors quarante ans mais je me suis reconnue dans ce film. Tu vois, mon esprit continue à penser comme si j’avais 25 ans. C'est finalement ce que l'on ressent à l'intérieur. J’adore toujours les ‘80s.

    Quels sont tes futurs projets ?

    J’espère avoir un nouveau bébé. Ce serait un miracle (rires). Sinon, je vis au jour le jour. Demain, il y a le concert à Berlin. Et puis, en octobre le Firefest. Peut-être un concert en Oklahoma. Ce n’est pas encore certain. Tout se passe très vite pour l’instant. J’ai un mari et des enfants à la maison qui commencent à s’inquiéter (rires). Quand vous êtes à la tête d’une famille, tout votre monde s’en trouve bouleversé. Elle vous rappelle l’ordre des priorités. 

     

    http://www.fionarock.com/  

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires